Rubriques




Se connecter à

Jour de célébration sur le Rocher La Principauté n'a pas de destin hors de celui de ses princes

La famille princière était à la fête hier, en ce 19 novembre où se sont succédé des temps solennels, religieux et conviviaux, de la cathédrale à la place du Palais

Publié le 20/11/2018 à 05:10, mis à jour le 20/11/2018 à 05:11
Le couple princier au balcon du Palais, hier midi, saluant la foule réunie sur la place.
Le couple princier au balcon du Palais, hier midi, saluant la foule réunie sur la place.

C'est une version inédite de l'hymne monégasque, qui a ouvert la journée. Chanté a cappella par les membres de la Force publique au cours de la prise d'armes dans la cour d'honneur du Palais princier. Prélude d'un jour de Fête nationale hier matin sur le Rocher.

Une Fête nationale, qui est aussi une fête de famille pour les Grimaldi, largement réunis autour du prince Albert II, de la princesse Charlène et de leurs enfants, le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella. À leurs côtés, la princesse Caroline accompagnée par Alexandra de Hanovre, Andréa et Tatiana Casiraghi et leurs enfants : Sacha, India et Maximilian ; Pierre et Béatrice Casiraghi et leurs fils Stefano et Francesco. Mais aussi la princesse Stéphanie en compagnie de ses aînés, Louis et Pauline Ducruet. Ainsi que les familles de Massy et Wittstock.

Et comme dans toutes les fêtes de famille, ce sont souvent les enfants qui retiennent l'attention. Comme les petits Stefano et Sacha Casiraghi qui ont suivi, intéressés, la prise d'armes dans la cour d'honneur, se permettant quelques facéties en faisant des coucous aux carabiniers et pompiers.

 

À l'apparition de la famille princière au balcon du Palais, peu avant midi, ce sont cette fois-ci le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella qui n'ont rien loupé de la parade militaire qui se jouait sur la place. La princesse Gabriella, battant même la mesure au son de la musique militaire du défilé.

Défilé conclu par un temps convivial, sous les fenêtres du Palais princier, où la grande famille monégasque à son tour, en rouge et blanc, a renouvelé son attachement au souverain en l'acclamant sous les hourras.

Parée en rouge et blanc, la cathédrale était, hier, le théâtre d'une messe solennelle d'action de grâce agrémentée d'un Te Deum musical interprété par l'Orchestre philharmonique, la maîtrise de la cathédrale, les Petits chanteurs sous la direction de Pierre Debat et les organistes Olivier Vernet et Jean-Cyrille Gandillet.

Peu avant, dans son homélie, l'archevêque Bernard Barsi a estimé que, dans nos sociétés « constamment agitées, l'incessante surabondance d'événements nouveaux peut nous faire confondre l'accessoire de l'essentiel. Pour Monaco, en ce jour de Fête nationale, l'essentiel est de nous réunir autour de la personne de notre souverain ».

 

Un message fort rappelé par l'archevêque, « en Principauté de Monaco, il n'y a pas de destin, il n'y a pas d'avenir hors de celui de ses princes. En conséquence, soyons attentifs à nos paroles et à nos actes, car de manière consciente ou inconsciente, nous pouvons, soit affaiblir, soit renforcer les bases fondamentales constitutives de notre pays. Nous ne pouvons pas d'un côté proclamer haut et fort notre fidélité et de l'autre, mettre en péril le bien précieux de notre unité autour du prince et de la stabilité de nos institutions dans ce qu'elles ont de plus sacré ».

La foule réunie pour saluer ses princes à grands coups de hourras.
La foule réunie pour saluer ses princes à grands coups de hourras. Thibaut Parat.
Le souverain à la sortie de la cathédrale, avec l'archevêque Bernard Barsi.
Le souverain à la sortie de la cathédrale, avec l'archevêque Bernard Barsi.
La princesse Stéphanie et ses aînés, Pauline et Louis.
La princesse Stéphanie et ses aînés, Pauline et Louis.
Les enfants et petits-enfants de la princesse Caroline : Andréa, Sacha, Stefano, Pierre et Alexandra.
Les enfants et petits-enfants de la princesse Caroline : Andréa, Sacha, Stefano, Pierre et Alexandra.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.