“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Entre 15 h et 15 h 30 : une heure trente de rire

Mis à jour le 30/11/2016 à 05:12 Publié le 30/11/2016 à 05:12

Entre 15 h et 15 h 30 : une heure trente de rire

Samedi soir, 90 Turbiasques, dont le maire, venu en famille, ont répondu à l'invitation au théâtre, proposée gratuitement par le comité des fêtes dans la salle polyvalente.

Samedi soir, 90 Turbiasques, dont le maire, venu en famille, ont répondu à l'invitation au théâtre, proposée gratuitement par le comité des fêtes dans la salle polyvalente. Dès 20 h 30, ils faisaient connaissance avec Sylvie, femme trompée par Jacques - un mari aussi menteur que coureur - et qui commence par rompre avec Bertrand, son amant et meilleur ami de Jacques, pour mieux récupérer son mari, qu'elle aime. Ajoutons à ces personnages Myriam, jeune stagiaire avec laquelle Jacques doit partir en week-end, et Simone, mère envahissante et castratrice de Bertrand…

Jean-Claude Islert, l'auteur, s'est amusé à complexifier au maximum l'intrigue pour finir par placer chacun de ses personnages dans une situation inextricable, idéale pour pousser la mauvaise foi de chacun et provoquer les rires des spectateurs.

Tout finira bien pour les personnages comme pour les spectateurs, heureux, qui ont réservé un triomphe aux cinq comédiens de la troupe Les Fous du Château.

Après ce « Entre 15 h et 15 h 30 », la municipalité donne d'ores et déjà rendez-vous aux amateurs de théâtre grand public avec une comédie familiale : Oscar. Ce sera le dimanche 5 février, à 15 h.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct