“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Carabiniers : une nouvelle campagne de recrutement Pas de diplôme requis mais des critères physiques stricts

Mis à jour le 17/02/2016 à 05:05 Publié le 17/02/2016 à 05:05
Aujourd'hui, 119 hommes composent la compagnie des carabiniers de Monaco. Chaque année, cinq à six postes sont à pourvoir, généralement pour compenser les départs à la retraite.

Aujourd'hui, 119 hommes composent la compagnie des carabiniers de Monaco. Chaque année, cinq à six postes sont à pourvoir, généralement pour compenser les départs à la retraite. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Carabiniers : une nouvelle campagne de recrutement Pas de diplôme requis mais des critères physiques stricts

La garde princière a développé sa communication et attire aujourd'hui toujours plus de candidats. Après l'incorporation des nouvelles recrues le 1er février, c'est déjà reparti pour la prochaine session

Honneur, fidélité, dévouement. C'est la devise des 119 carabiniers du prince de Monaco. 119 hommes qui veillent à la protection de la famille princière, du Palais et de ses dépendances, qui assurent les services d'honneur et qui participent au maintien de l'ordre public. Une devise et des missions qui, manifestement, séduisent de plus en plus de candidats malgré des critères stricts à remplir pour postuler (lire ci-dessous).

Alors que cinq nouvelles recrues viennent de faire leur entrée dans le corps de la garde princière et ont attaqué leurs quatre mois de formation intensive - qu'ils suivent d'ailleurs en partie avec les nouveaux pompiers - c'est reparti pour une nouvelle campagne de recrutement. Et au BRI, Bureau de recrutement et d'instruction de la compagnie, on s'attend à recevoir, cette année encore, toujours plus de dossiers.

À Paris et dans la région

« Nous gérons le recrutement de A à Z. La communication mise en place il y a une dizaine d'années, notre présence sur les salons de l'emploi dans la région et à Paris, et le travail mené avec le Centre régional d'information jeunesse à Nice ou les Bureaux d'information jeunesse à Menton, Saint-Raphaël et ailleurs, ont été efficaces », se félicite le maréchal des logis Régis Menaud, responsable du recrutement et de la formation des carabiniers de Monaco.

À raison de deux dates par mois environ (1), sur un salon ou dans un point information jeunesse, les carabiniers de Monaco essaient donc de maintenir le rythme. Et la représentation de leur unité d'élite. « Au début, dans les forums de l'emploi, on nous regardait avec des grands yeux ronds ; aujourd'hui, on nous attend », se réjouit le responsable du recrutement des carabiniers.

Plus de dossiers, mais un nombre de postes à pourvoir relativement stable. Cinq à six par an, généralement pour compenser des départs à la retraite.

Cinq postes, soixante candidats

« À l'époque, nous avions un choix plus restreint. Nous traitions une quinzaine de dossiers pour cinq postes ouverts, note Régis Menaud. Aujourd'hui, on étudie plus d'une soixantaine de dossiers. » Une cinquantaine de candidats passent ensuite par les premiers tests, puis 20 à 30 à la deuxième partie du concours. « C'est une bonne chose pour nous qui visons l'excellence, note le maréchal des logis Menaud. Le niveau de sélection est forcément relevé. »

Le bureau de recrutement des carabiniers reçoit les dossiers jusqu'au 30 juin. Le concours se déroule ensuite entre septembre et décembre (lire ci-dessous). Les candidats retenus intègrent finalement la compagnie le 1er février de l'année suivante.

N'est pas carabinier qui veut. D'abord parce que les critères requis pour postuler sont très stricts. Pour candidater, il faut : être un jeune homme, mesurer entre 1,80 et 2 m, avoir entre 20 et 29 ans, être célibataire au moment de l'incorporation et durant la période probatoire, avoir une bonne acuité visuelle et une bonne condition physique, détenir le permis B. Il faut également être de nationalité française ou monégasque.

« Il n'y a quasiment que des Français parmi les carabiniers mais les Monégasques peuvent postuler », souligne-t-on. Renvoyant vers le texte qui fait aujourd'hui référence, la Convention destinée à adapter et à approfondir la coopération administrative entre la République française et la Principauté de Monaco, signée en 2005 : « Les emplois relatifs à la sécurité et à l'ordre public ne peuvent être occupés que par des ressortissants monégasques ou français. » L'occasion d'enterrer définitivement l'idée, héritée de la fin du XIXe siècle, selon laquelle les carabiniers du prince ne pouvaient pas être monégasques pour éviter les trahisons en cas d'insurrection populaire (1).

Il y a quelques années, l'expérience militaire était également requise. Seuls les jeunes Français avaient donc effectué leur service militaire et pouvaient répondre à ce critère. Mais cette expérience n'est plus obligatoire.

Le texte de référence indique toutefois : « Les officiers et membres du Corps des carabiniers, de nationalité française, doivent avoir satisfait à l'accomplissement des obligations militaires françaises. » « Le service militaire n'existant plus en France, précise-t-on au bureau de recrutement des carabiniers, il s'agit aujourd'hui, pour les candidats français, de la Journée défense et citoyenneté ».

Aucun niveau scolaire ni diplôme n'est requis pour postuler. « On s'intéresse à l'humain plus qu'au parcours d'études, insiste le maréchal des logis Menaud, responsable du recrutement. C'est comme ça que l'on a dans nos rangs des gens de tous horizons. Ce qui compte, c'est l'attitude, l'éducation, le comportement irréprochable, une certaine élocution aussi. C'est un métier très particulier qui demande une dimension humaine importante. »

Le premier des critères pour postuler est d'être un jeune homme. Pas de femmes donc, dans les rangs des carabiniers de Monaco. Pourtant, sur les salons, dans les bureaux d'information jeunesse, elles sont, paraît-il, quelques-unes à demander des renseignements.

A. Ma.

La sélection des candidats se fait par étude du dossier d'abord, puis sur un concours en deux étapes.

Ceux dont le dossier a été retenu passent, entre septembre et octobre, un test de connaissances générales, de maths et de français, et un test sportif. Pour passer à la seconde partie, il faut obtenir une moyenne supérieure ou égale à 12. Entre novembre et décembre, les jeunes gens traversent ensuite une série de tests médicaux, psychologiques et une série d'entretiens. « La sélection se fait essentiellement sur le comportement », indique-t-on au bureau de recrutement.

Les candidats retenus intègrent ensuite la compagnie pour leur formation. « Ici, il n'y a pas de stagiaire. Quand on incorpore l'unité, on est carabinier. » À l'issue des quatre mois, une commission apprécie le travail du jeune et valide ou non son intégration. Certains sont-ils remerciés à ce moment-là ? « ça pourrait arriver, mais c'est rare. La sélection est pointue. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.