“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Vote à l'ambassade en Principauté: les raisons de l'attente

Mis à jour le 24/04/2012 à 09:35 Publié le 24/04/2012 à 07:04
Dans l'ambassade de France, dimanche, nombre d'électeurs se sont émus des longues minutes d'attente pour atteindre l'urne.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Vote à l'ambassade en Principauté: les raisons de l'attente

De nombreux électeurs français ont été mécontent dimanche de l’attente pour accéder aux bureaux de vote. L’ambassadeur, Hugues Moret, s’explique

De nombreux électeurs français ont été mécontent dimanche de l’attente pour accéder aux bureaux de vote. L’ambassadeur, Hugues Moret, s’explique

Pagaille et longue file d'attente. Le premier tour de l'élection présidentielle à l'ambassade de France a échauffé, dimanche, nombre d'électeurs mécontents d'avoir à attendre pour accéder à l'isoloir

« Je regrette ces polémiques et cette acrimonie » répond Hugues Moret, l'ambassadeur de France en Principauté. « Je prends en compte les remarques et les commentaires. Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt, ce n'est pas mon habitude. Certains de mes compatriotes ont trouvé les temps d'attente trop longs. Et je le regrette comme eux. C'est pénible certes, mais ce qui doit prévaloir est le bon déroulement du scrutin et la vérification des identités ».

Dimanche, des électeurs agacés ont été nombreux à pointer du doigt les questions d'organisation du vote. « L'organisation matérielle était celle recommandée par le ministère des Affaires étrangères qui préconise un bureau de vote pour 1 200 votants environ. Nous nous sommes fiés aux taux de participation des années précédentes pour mettre en place les deux bureaux nécessaires ». Suffisant ? Sur le papier oui. Au compteur, 2 021 votants ont été recensés dimanche sur les 4 370 personnes inscrites sur les listes électorales.

Un vote toutes les 41 secondes

Comment expliquer l'embouteillage ? Quatorze personnes ont été mobilisées sur le dispositif électoral, toute la journée de dimanche, de 7 heures du matin jusqu'au dépouillement achevé vers minuit et demi. « En dix heures d'ouverture du bureau de vote, nous avons pu faire voter un électeur toutes les 41 secondes malgré l'affluence. Cela montre que nous avons fait preuve d'efficacité dans l'accueil, toujours avec une parfaite courtoisie républicaine. Tous ceux qui ont voulu voter ont pu voter. Il y a pu avoir certains découragements individuels, mais les Français de Monaco qui souhaitaient voter ont pu le faire », précise Hugues Moret.

Conscient tout de même qu'il faudra trouver des solutions « pragmatiques » pour le scrutin du 6 mai et les élections législatives en juin. À l'ambassade, on réfléchit à ces questions d'organisation, peut-être diviser en plus grand nombre les listes électorales pour le contrôle d'identité. « Il est possible d'imaginer de prolonger l'heure d'ouverture des bureaux de vote au regard de l'affluence. Mais c'est une décision ministérielle qu'il faut demander ». À ceux qui émettaient l'idée d'organiser le vote dans un autre lieu en Principauté, l'ambassadeur répond : « Cela fait partie de la tradition française, à l'étranger, de voter à l'ambassade. L'espace public de la chancellerie à Monaco est de 25 m2. On gère avec ce que l'on a. Il est impossible de pousser les murs. Et nous n'allons pas solliciter les autorités monégasques pour qu'ils mettent à disposition un lieu ».

Les murs n'ont pas été poussés, mais c'est dans la rue dimanche que s'est longuement étirée la file d'attente jusqu'après 18 heures. Légal ? Oui, selon Hugues Moret : « Toutes les personnes présentes à 18 heures ont été admises à voter. Elles ont été considérées matériellement dans l'enceinte du bureau de vote compte tenu du dispositif mis en place et compte tenu de l'impossibilité en raison de l'affluence, de faire entrer tout le monde dans le bâtiment. Des barrières et des assesseurs ont évité que des retardataires se joignent aux électeurs déjà présents ». Appliquant ainsi l'article 57 du code électoral.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.