Rubriques




Se connecter à

Un Seynois non-voyant nous raconte son périple islandais

Avec son court-métrage et son documentaire sur l'Islande, un Seynois non-voyant et accompagné de l'aventurier écrivain Philippe Sauve, est parti à l'aventure dans le Grand Nord. Il nous raconte son périple. Une vraie bouffée d'air frais en cette période caniculaire en France.

Propos recueillis par S. B. Publié le 17/07/2015 à 09:16, mis à jour le 18/07/2015 à 09:20
L'aventure islandaise  d'un Seynois non-voya - 29826011.jpg
Le Seynois Georges Nicolas s'est aventuré dans les magnifiques paysages islandais en compagnie de l'aventurier écrivain Philippe Sauve . DR

Avec son court-métrage et son documentaire sur l'Islande, un Seynois non-voyant et accompagné de l'aventurier écrivain Philippe Sauve, est parti à l'aventure dans le Grand Nord. Il nous raconte son périple. Une vraie bouffée d'air frais en cette période caniculaire en France.

Afin de remercier leurs partenaires et leurs donateurs, les deux aventuriers, le Seynois non-voyant Georges Nicolas et l'aventurier écrivain Philippe Sauve ont organisé, grâce à Frédéric Santoni dans les locaux des Mutuelles de France du Var, la projection du film Huis clos islandais.

Un court-métrage retraçant la traversée pédestre en autonomie complète du Nord au Sud en septembre 2010, ainsi que le documentaire retraçant leur dernière aventure « Le tour de l'Islande en hiver janvier - février 2015».

 

Alors que la canicule sévit sur la France, voilà l'occasion de se rafraîchir avec cette expédition hors-norme racontée par Georges Nicolas.

Pourquoi une nouvelle fois l'Islande ?

Nous n'avions pas obtenu le budget pour l'expédition canadienne cet été, qui était la descente du fleuve Mackenzie. Ce projet n'est pas abandonné, mais reporté du 1er août au 30 octobre 2016. Comme nous avions été séduits par l'Islande en 2010, nous étions d'accord pour y retourner un jour, mais en plein hiver.

Pourquoi en plein hiver ?

 

Nous sommes tous les deux passionnés par le Grand Nord et nous voulions vivre et connaître la vie « des gens d'en haut » dans les pires conditions. L'hiver en Islande est imprévisible. On peut avoir tous les types de temps dans la même journée. Les journées durent cinq heures de 11 à 16 h environ.

Qu'en retenez-vous ?

On n'a pas été déçu. Les Islandais sont très accueillants et surtout très solidaires. Il n'y a pas eu de températures extrêmes (entre -5° et -15° ) mais des vents violents de plus de 80 km/h, dont deux jours à 120 km/h, ce qui fait pour nous, du - 12° (- 42° ressenti). Ensuite, les paysages sont grandioses avec icebergs, cascades gelées, aurores boréales, etc. Tous ces paysages ou phénomènes, m'étaient superbement décrits par Philippe.

L'aventure ?

Nous avons loué un véhicule 4x4, c'est obligatoire dès qu'on veut sortir de la route 1 d'une longueur de 1.339 kilomètres. Elle fait le tour du pays en suivant grossièrement le littoral. Avec les détours effectués afin de voir certains sites, nous avons parcouru 2.300 km environ.

 

Sur la totalité du périple qui a duré trois semaines, 3 nuits en guesthouse, mais surtout une nuit chez une grand-mère islandaise de 83 ans qui vit seule et qui nous a hébergés dans sa grande maison. Les autres nuits, nous étions Philippe sous la tente, et moi dans la voiture. Ce n'était pas vraiment commun. Mais c'est ce que l'on recherche dans ce type d'aventure.

 

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.