“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Six nouveaux requins au Musée océanographique

Mis à jour le 29/12/2011 à 00:22 Publié le 29/07/2011 à 09:31
Le Musée océanographique compte bien sensibiliser les jeunes générations à la préservation de ces grands prédateurs des mers avec les requins à pointes-noires au milieu de leurs congénères.

Le Musée océanographique compte bien sensibiliser les jeunes générations à la préservation de ces grands prédateurs des mers avec les requins à pointes-noires au milieu de leurs congénères. (Photo Olivier Ogéron)

Six nouveaux requins au Musée océanographique

Des « pointes-noires » sont arrivés d’Indonésie. Images inédites pour le public

Six nouveaux pensionnaires ont fait une entrée remarquée dans les aquariums du Musée océanographique de Monaco. Recueillis au large des côtes indonésiennes, quelque part entre les îles de Bali et de Madura, des requins à pointes-noires ont rejoint leur domicile méditerranéen il y a trois semaines. Cinq jeunes et une femelle adulte y ont réussi leur acclimatation.

Les petits, placés dans un bassin spécifique, nagent au milieu des espèces coralliennes. La femelle, d’un mètre trente, elle, évolue avec ses congénères, les grands prédateurs.

Grands prédateurs en danger

Aux côtés des requins léopard, requins nourrice ou raies guitare, elle vient renforcer les effectifs de ces spécimens en danger. Sous les yeux émerveillés de milliers de visiteurs quotidiens.

« Les océans se vident de ces requins, a alerté Pierre Gilles, le responsable des aquariums, lors de la présentation, hier, des nouveaux venus. Depuis le début du siècle, 90 à 99 % des grands prédateurs ont disparu en raison du développement de la pêche industrielle ».

Surpêche, accidents, pollution, commerce florissant d’ailerons ou d’huile de foie de requins sont les menaces pesant sur ces populations, maillons essentiels des écosystèmes marins.

« L’action est urgente », a souligné Pierre Gilles, pressant pour une coopération accrue entre professionnels et états, mais aussi pour une initiative citoyenne responsable.

Sensibiliser l’opinion

Au Musée océanographique, le message est clair : si des poissons rares sont achetés à des professionnels pour plaire aux visiteurs, ils sont également un moyen de sensibiliser l’opinion à ces problématiques écologiques. Mieux, ils constituent de précieux sujets d’étude.

Certaines populations, difficilement observables dans leur milieu, révèlent leurs secrets en captivité. 464 espèces de raies et de requins peuplent les mers et les océans de la planète. Plus de 30 espèces de ces poissons cartilagineux – sur une soixantaine répertoriée – seraient directement menacées d’extinction en Méditerranée.

Un triste record !
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct