Sécurité routière: un bilan 2013 plutôt positif en Principauté

Déclarée « priorité nationale » par le prince Albert II il y a deux ans, la sécurité routière est en nette amélioration et enregistre de bons chiffres, grâce à une stratégie efficace

Anne-Claire Hillion Publié le 10/04/2014 à 07:08, mis à jour le 11/04/2014 à 08:56
Sécurité routière : un bilan 2 013 plutôt pos - 25016400.jpg
Les chiffres 2013 enregistrent une baisse significative des accidents corporels sur la route. Mais les deux-roues restent encore très touchés car très utilisés en Principauté. Eric Dulière

Déclarée « priorité nationale » par le prince Albert II il y a deux ans, la sécurité routière est en nette amélioration et enregistre de bons chiffres, grâce à une stratégie efficace

On appelle ça une année blanche. Le bilan sécurité routière 2013 est satisfaisant puisqu'aucun mort n'est à déplorer sur les routes de la Principauté. Il est dans la même veine que celui de 2012 qui n'avait connu aucun accident mortel. De bons chiffres après 2011, année meurtrière qui avait dénombré quatre morts.

S'en étaient d'ailleurs suivies, à l'époque, plusieurs déclarations du prince - notamment lors de ses vœux à la Sûreté publique - dans lesquelles il décrétait la sécurité routière « priorité nationale ».

Une demande qui a été concrétisée par des faits puisque 2013 enregistre une baisse significative de 19 % des accidents (179 contre 220 en 2012).

 

« Rester vigilant »

« Lorsque de bons résultats sont atteints, il faut rester vigilant car nous avons affaire à des comportements humains. Il ne faut donc pas hésiter à rappeler en permanence le message », explique Paul Masseron, conseiller de gouvernement pour l'Intérieur, en charge de la Sécurité routière.

Et pour ce faire, l'État monégasque a institué quatre grands axes. Le premier touche aux aménagements urbains avec, en premier lieu, la mise en place de six radars pédagogiques. « Ils ont un effet évident sur la vitesse des automobilistes. Prenez le dernier en date, installé sur l'avenue de la Porte-Neuve : c'est flagrant », constate Paul Masseron.

Le deuxième axe porte sur la communication du message, notamment dans les médias.

Les deux derniers concernent la prévention et la répression, fondamentales à la réussite du plan. L'éternelle méthode de la carotte et du bâton. Pour la première, de multiples actions sont menées avec la participation de la Prévention routière (lire ci-dessous).

 

Concernant la répression, neuf campagnes de contrôles ciblés ont été menées sur l'ensemble de l'année.

PV en hausse de 10 %

Sur 5 580 usagers contrôlés, 3.778 ont été verbalisés pour des raisons multiples (vitesses, alcool, ligne blanche…).

De manière générale, le nombre de procès-verbaux est en hausse de 10 % par rapport à 2012, avec 44.000 PV dressés.

Seul point noir, les infractions liées à l'alcoolémie, qui restent encore très fréquentes.

La Prévention routière monégasque réclame d'ailleurs un durcissement des contrôles et des sanctions. « Les policiers monégasques ont une grande intuition,estime Paul Masseron. Ils sont très présents pour assurer la sécurité routière et les textes applicables en la matière paraissent adaptés aux situations que l'on rencontre en Principauté. »

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.