Rubriques




Se connecter à

RN 202 toujours coupée: les manifestants en colère à la préfecture de Digne

Elus et population des cantons d'Annot, Entrevaux et Puget-Théniers se sont rendus mercredi 26 à la préfecture de Digne pour manifester leur mécontentement quant à la non-réouverture de la RN 202.

La rédaction Publié le 26/02/2014 à 18:27, mis à jour le 27/02/2014 à 08:28
Manifestations à Annot, Entrevaux et Puget
Les manifestants, de retour de la préfecture des Alpes de Haute Provence, ont continué à protester sur les lieux du drame du train des Pignes à Saint Benoît. (Photo DR)

Elus et population des cantons d'Annot, Entrevaux et Puget-Théniers se sont rendus mercredi 26 à la préfecture de Digne pour manifester leur mécontentement quant à la non-réouverture de la RN 202, presque trois semaines après l'éboulement à l'origine du déraillement mortel du train des Pignes.

Après un défilé dans les rues de Digne, sous la pluie et la neige, une délégation a été reçue dans l'après-midi par la préfète des Alpes-de-Haute-Provence, Patricia Willaert.

Une heure et vingt minutes d'explications techniques plus tard, la représentante de l'Etat est restée sur ses positions de ne pas rouvrir la route pour l'instant.

 

>> ECOUTER. La RN202 toujours coupée: les élus manifestent à Digne "sans trop y croire"

Et ce au grand dam des manifestants qui, de retour, vers Annot, ont décidé d'investir les lieux du drame du train des Pignes, à Saint-Benoit, pour signifier leur détermination et leur colère. Et pour prouver, aussi, que tout danger est écarté...

 


Les détails jeudi dans Nice-Matin (édition Nice Littoral et Vallées)

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.