“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Retraites: les syndicats veulent faire payer les patrons

Mis à jour le 02/01/2012 à 06:53 Publié le 06/12/2011 à 07:07
En octobre dernier, l'Union des Syndicats de Monaco et l'Union des retraités de Monaco manifestaient devant les Caisses sociales.

En octobre dernier, l'Union des Syndicats de Monaco et l'Union des retraités de Monaco manifestaient devant les Caisses sociales. Olivier Ogéron

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Retraites: les syndicats veulent faire payer les patrons

L’Union des syndicats de Monaco a souhaité donner son point de vue sur l’avenir des retraites. Un dossier sur lequel le gouvernement aura à trancher en 2012...

L’Union des syndicats de Monaco a souhaité donner son point de vue sur l’avenir des retraites. Un dossier sur lequel le gouvernement aura à trancher en 2012...

Une réforme - ou un réajustement - du régime des retraites plane sur les salariés et retraités monégasques.

Le gouvernement l'a annoncé : après avoir encouragé les négociations entre les partenaires sociaux, 2012 sera l'année des décisions. Oui, mais lesquelles ? Après notre dossier paru dans Monaco-Matin le 15 novembre dernier, l'Union des syndicats de Monaco a souhaité nous envoyer ses réactions. Les voiciin extenso.

Le régime actuel des retraites sera-t-il modifié en 2012 ?

« Nous suivons de très près l'évolution du régime. Les déclarations alarmistes selon lesquelles des mesures devraient être prises pour le « sauver » sont hors de propos. Elles ont pour but de conditionner l'opinion. Le régime n'est pas en déficit. Il y a actuellement un déséquilibre conjoncturel que nos études avaient prévu. Pour y faire face, nous avons fait des propositions adaptées. Il serait malveillant de profiter de ce contexte pour s'en prendre aux actifs et retraités qui paient déjà un lourd tribut par ailleurs.

La réforme s'oriente-t-elle vers une augmentation de la cotisation retraite par les salariés et-ou les patrons? Sinon, quelles sont les pistes de réflexions?

Il n'y a pas à réformer. Pour faire face à la conjoncture, l'U.S.M. préconise une modification de la loi afin d'augmenter le taux additionnel non productif de points, à la charge des employeurs. Encore une fois, pas question de peser sur les cotisations des salariés et de toucher aux structures du régime. D'autant plus que pour les salariés très nombreux ayant une carrière mixte, il ne sera déjà plus question de retraite à 60 ans en raison des décisions prises en France et en Italie. Certains voudraient nous faire passer pour irresponsables. Ce qui serait irresponsable serait d'écarter notre proposition pour imiter les pays voisins largement inspirés par les traités européens qui ont programmé la casse des régimes par répartition.

Que pensez-vous de l'augmentation du point de retraite de 1,97 % alors que l'inflation a été de 2,2 % ?

Dans la question, la réponse se dessine et démontre la volonté de faire payer les retraités et les futurs retraités. Il faut être conscient et voir la réalité des chiffres. Il n'y a rien de plus mensonger que d'employer des mots comme « déficit » du régime. Il est vrai qu'il y a un décalage passager entre les rentrées de cotisations et les prestations. Mais c'est ignorer, comme le font gouvernement et patronat, le fonds de réserve et ses produits. Le seul produit du fonds de réserve couvre chaque année le soi-disant déficit et même nous abondons encore au fonds de réserve qui grossit d'année en année ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.