“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

PHOTOS - Ventes aux enchères: l'Hôtel de Paris à Monaco expose ses 10.000 lots

Mis à jour le 21/01/2015 à 09:24 Publié le 21/01/2015 à 08:46
La salle Empire, le hall et trois suites ont été aménagés pour permettre aux acheteurs de découvrir les lots avant le démarrage de la vente dimanche 25 janvier.

La salle Empire, le hall et trois suites ont été aménagés pour permettre aux acheteurs de découvrir les lots avant le démarrage de la vente dimanche 25 janvier. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS - Ventes aux enchères: l'Hôtel de Paris à Monaco expose ses 10.000 lots

10.000 pièces vendues en six jours : le palace mythique de Monte-Carlo met aux enchères une partie de son patrimoine, du 25 au 30 janvier. Depuis ce mercredi matin, l’exposition est ouverte

10.000 pièces vendues en six jours : le palace mythique de Monte-Carlo met aux enchères une partie de son patrimoine, du 25 au 30 janvier. Depuis ce mercredi matin, l’exposition est ouverte

Il y a quelque chose qui cloche à l'Hôtel de Paris. Tout semble pourtant bien en place. Sauf peut-être le piano à queue qui a été déplacé près de l'entrée, alors que, normalement, il trône au milieu du bar Américain, un des lieux mythiques du palace monégasque. Mais le tapis monumental, lui, orne bien le sol du lobby, les concierges sont à leur poste et les clients passent le temps…

Mais d'étranges étiquettes, portant chacune un numéro, sont posées sur certains meubles et objets. Des visiteurs déambulent, catalogue en mains, en scrutant chaque lot. Oui, c'est ça : le mobilier du palace de Monaco s'est converti en lot.

>>RELIRE.

Avant la réfection en profondeur de près de 80 % de l'établissement, la Société des Bains de Mer (propriétaire) a décidé de se séparer d'une partie de ce patrimoine historique, soit 10.000 pièces, lors d'une vente aux enchères événement. Six jours de marathon sous le marteau au sein même de l'hôtel dans l'emblématique salle Empire.

Un lieu d'entrepôt tenu secret

C'est Artcurial, maison française d'enchères, habituée de la Principauté pour ses ventes exceptionnelles d'été, qui a relevé le défi. Elle a d'ailleurs géré en amont l'expertise, l'inventaire mais aussi tout le déménagement de ces objets qui ont été entreposés dans un lieu gardé secret à Saint-Laurent-du-Var et placé sous haute protection.

Mais pas de vente sans exposition préalable, même si pour des raisons pratiques, seuls 400 lots ont été amenés à l'Hôtel de Paris. « Des lots représentatifs de la vente » précise François Tajan, commissaire-priseur de la maison parisienne, qui se relaiera au marteau avec Stéphane Aubert et Astrid Guillon.

Depuis ce matin donc, et ce jusqu'au 24 janvier, les acheteurs intéressés peuvent se rendre dans l'établissement de la place du Casino et suivre un balisage. Le hall, la salle Empire et trois suites ont été transformés pour accueillir les meubles de 138 chambres (sur les 182 que compte l'hôtel), luminaires, tables de chevets, bureaux, œuvres d'art, tapis, canapés, coussins, literie, vaisselle, linge de bain brodé…

« L'occasion unique d'acquérir une partie de l'histoire de ce palace ouvert il y a 150 ans, en 1864, à des prix très abordables » promet le dossier de presse.

Des lots à partir de 100 euros

Et en effet, la quasi-totalité de ces articles sont estimés en dessous de mille euros et ils sont même nombreux à démarrer à 200 euros, voire 100 euros. Certaines pièces pourraient tout de même s'envoler comme le chevalet de Winston Churchill, estimé à 500 euros !

L'homme était un grand habitué du palace, il avait sa suite au dernier étage, à l'année. Son mobilier est d'ailleurs aux enchères, comme celui de la suite de Sarah Bernhardt, autre star qui a fait les beaux jours du palace.

L'ensemble de la vente a été estimé à 1 million d'euros. « Je pense que nous doublerons les estimations. Quoi qu'il en soit tout doit partir et il n'y a pas de prix de réserve »souligne François Tajan, coprésident d'Artcurial qui a déjà mené des ventes similaires pour le Trianon Palace, ou plus récemment l'Hôtel de Crillon et le Plaza Athénée. Pour le Crillon, 10.000 acheteurs s'étaient manifestés. Ils n'en espèrent pas moins pour le palace monégasque.
 


Tour d'horizon des quelques lots mis aux enchères

 

 


Photo Jean-François Ottonello
 

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

 


Photo Jean-François Ottonello

L'Hôtel de Paris se déshabille - 28083739.jpg
L'Hôtel de Paris se déshabille - 28083739.jpg Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.