Rubriques




Se connecter à

Les syndicats d'éleveurs regrettent que deux loups seulement aient été tués sur la Côte d'Azur

Deux loups abattus le week-end dernier dans les Alpes-Maritimes, quatre en tout cette saison, sont loin de faire le compte pour les éleveurs exaspérés confrontés aux attaques de leurs troupeaux, estiment les syndicats agricoles qui dénoncent un "échec" du Plan Loup.

Avec AFP Publié le 27/09/2013 à 17:04, mis à jour le 28/09/2013 à 10:28
Loups : une association porte plainte pour de - 22750628.jpg
Le loup est une espèce protégée par la Convention de Berne et la directive Habitat. Patrice Lapoirie

"C'est un début" mais "on est encore très loin" du compte. Deux loups abattus le week-end dernier dans les Alpes-Maritimes, quatre en tout cette saison, sont loin de faire le compte pour les éleveurs exaspérés confrontés aux attaques de leurs troupeaux, estiment les syndicats agricoles qui dénoncent un "échec" du Plan Loup.

 

"On est loin des 24 loups qui doivent être prélevés pour amorcer une diminution de la pression du prédateur sur les troupeaux dans tous les territoires qu'il colonise", juge ainsi la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles dans un communiqué vendredi. Pour la FNSEA (majoritaire), il faut "généraliser cette forme de régulation partout où la présence du loup compromet l'élevage en plein air. Il faut prélever des meutes entières, y compris dans les coeurs des parcs naturels nationaux qui constituent des lieux de développement anarchique" du loup.

"Au rythme actuel, il devrait y avoir 700 loups en 2018, contre 300 aujourd'hui. Côté éleveurs, la tendance est inversée. Quelle est la population en danger de disparition?", demande-t-elle.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.