“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le prince Albert: "Nous atteindrons un jour une finale olympique"

Mis à jour le 06/09/2012 à 09:39 Publié le 06/09/2012 à 07:15
Le prince Albert croit aux chances des sportifs monégasques de décrocher une finale olympique et même, pourquoi pas, de glaner une médaille.

Le prince Albert croit aux chances des sportifs monégasques de décrocher une finale olympique et même, pourquoi pas, de glaner une médaille. Gaetan Luci/Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le prince Albert: "Nous atteindrons un jour une finale olympique"

Pour Monaco-Matin, le souverain revient sur la prestation des athlètes monégasques aux Jeux Olympiques de Londres. Il définit aussi la voie à suivre

Pour Monaco-Matin, le souverain revient sur la prestation des athlètes monégasques aux Jeux Olympiques de Londres. Il définit aussi la voie à suivre

Votre sentiment sur Londres 2012 ?

Les sites choisis, l'organisation, le niveau des performances, le nombre de spectateurs et leur enthousiasme ont fait de ces jeux un pari réussi pour les Britanniques. Le pays hôte a eu, qui plus est, de bons résultats.

Quel bilan tirez-vous pour Monaco ?

On peut en retirer une certaine satisfaction. Nos athlètes ont atteint leurs objectifs ou réaliser de bonnes performances.

Yann Siccardi (judo) n'a pas démérité. Il a passé le premier tour mais il a eu la malchance de tomber ensuite contre le futur champion olympique. Le tableau de la compétition ne lui a pas été favorable. Il s'en est un peu voulu car il aurait voulu mieux résister. Avec un peu plus d'expérience, de malice, il aurait peut-être davantage duré dans son combat. Il est jeune et il apprend continuellement. On pourra encore compter sur lui pour d'autres grands rendez-vous.

Pour Angélique Trinquier (natation), c'était difficile d'espérer faire mieux car le niveau de la compétition était très relevé. Son entraîneur a souligné qu'elle n'a pas été performante d'un point de vue technique, mais Angélique a eu le mérite d'améliorer son temps. J'espère qu'elle va continuer et participer à d'autres compétitions.

Pour Damien Desprat-Lerale (voile), le résultat est une petite déception. Je pensais qu'il pouvait faire dix places de mieux. Tout au long de la saison, il s'est classé dans les 30-40 premiers. Cependant avec les conditions météorologiques rencontrées, il fallait avoir une grosse maturité, un gros bagage technique. C'est une participation honnête. Il a beaucoup donné sur plusieurs bateaux et pour lui, c'est une belle récompense d'avoir participé à des Jeux.

Mathias Raymond (aviron), c'est une belle satisfaction. Il avait annoncé vouloir décrocher une finale C, il l'a fait. Mathias est une personnalité attachante, un garçon intelligent, qui a bien géré sa compétition. En finale C, il n'avait plus assez d'énergie pour espérer faire mieux, mais l'essentiel était d'y être. Malgré son désir de commencer sa carrière professionnelle, j'espère secrètement qu'il pourra quand même continuer à pratiquer ce sport. Il serait intéressant de le voir avec un équipier sur un autre bateau.

On connaît le potentiel et la valeur de Brice Etes (athlétisme). Il était blessé au tendon d'Achille. Nous espérions que cette douleur ne soit pas trop vive pour qu'il puisse faire un 800 m correct. Ce ne fut pas le cas. J'ai vécu cette situation et il est difficile d'aborder une compétition blessé, car le moral ne suit pas. Il a fait une petite faute au départ qui a provoqué sa disqualification. En bonne santé, il aurait certainement fait mieux. C'est une déception, mais nous le reverrons et il aura l'occasion de prouver sa vraie valeur.

Hervé Banti (triathlon) est plus à l'aise sur longue distance, sa deuxième place au dernier triathlon 'Tristar' de Monaco le prouve. Sur une distance olympique plus courte, il a fait une bonne prestation dans un contexte relevé. Sa participation aux JO est une belle récompense, pour l'un des fers de lance du triathlon à Monaco. Je suis heureux pour lui qu'il ait fait belle figure.

Six athlètes présents, dans six disciplines : qu'espérer de plus ?

Dans le contexte actuel, il est très difficile de se qualifier ou d'avoir une wild-card. Présenter une équipe olympique de six athlètes pour un pays comme le nôtre, c'est déjà très bien. Il faut poursuivre dans cette voie : travailler, garder les fédérations, les dirigeants, les entraîneurs et les athlètes motivés pour avoir, pourquoi pas, plus de sportifs. Au final, le nombre m'importe peu, c'est la qualité et la possibilité de faire une belle performance, d'avoir une belle représentation qui doit primer.

Comment y parvenir ?

En recherchant des talents chez les athlètes, des compétences au niveau des entraîneurs et des personnes qui les encadrent. Je suis convaincu que nous arriverons un jour à atteindre une finale olympique. Et pourquoi pas, et j'y crois fortement, monter sur un podium. D'autres petits pays l'ont fait. La Principauté a un passé sportif fort. Il y a ici un attachement réel aux valeurs sportives, le contexte est favorable, il suffit d'avoir cette volonté. Le Comité Olympique Monégasque est là pour aider et accompagner vers cet objectif. Les athlètes, eux aussi, doivent le vouloir. Je m'efforce de faire passer ce message : ne se préparer qu'un peu et espérer une médaille tout de suite, cela est irréaliste ! Il faut du temps et savoir être patient.

La présence de la Princesse Charlène, à vos côtés : une source de motivation pour les athlètes monégasques ?

Pour la Princesse et moi-même, ce fut un plaisir d'avoir été au plus près de nos athlètes, de les avoir encouragés, d'avoir eu un mot pour chacun. Les athlètes ont remis un souvenir à la Princesse, ils ont été sensibles aux conseils et aux avis qu'ils ont reçus de sa part.

Vous avez pris part à cinq JO d'hiver. Dans quelle discipline des Jeux d'été auriez-vous aimé participer ?

J'ai pratiqué plusieurs sports. Aussi, je pense que le pentathlon moderne aurait représenté une bonne discipline pour moi… J'aurais aussi aimé y participer en beach-volley.

L'image forte que vous retenez de ces Jeux ?

Je retiens Usain Bolt (athlétisme), Michael Phelps (natation), le nageur sud-africain Chad Le Clos (que S.A.S. la Princesse Charlène connaît bien) qui a battu Phelps - cela a été également une belle émotion -, l'équipe française de handball, même si je n'ai pu assister à la finale. L'extraordinaire ambiance qu'il y avait est à souligner car je crois qu'elle marquera l'histoire des Jeux.

Un mot sur les Jeux paralympiques ?

Avec la Princesse Charlène, j'ai assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques dans laquelle la participation d'artistes handicapés était vraiment émouvante. Ces athlètes se donnent avec une volonté remarquable dans les épreuves. Au-delà de leur courage, leur détermination et leur envie forcent l'admiration et créent une atmosphère extraordinaire.

(Avec le concours de Stéphan Maggi, Comité Olympique Monégasque)


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.