“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le Prince Albert II de Monaco inaugure le CIESM à Marseille

Mis à jour le 29/10/2013 à 10:40 Publié le 29/10/2013 à 07:05
Le souverain a inauguré le congrès devant de nombreuses personnalités, dont le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et le président de la Région Paca, Michel Vauzelle.

Le souverain a inauguré le congrès devant de nombreuses personnalités, dont le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et le président de la Région Paca, Michel Vauzelle. Gaëtan Luci/Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le Prince Albert II de Monaco inaugure le CIESM à Marseille

Le Prince Albert II de Monaco était ce lundi à Marseille pour encourager la recherche scientifique en Méditerranée.

Le souverain était ce lundi à Marseille pour encourager la recherche scientifique

« Il aura fallu presque 100 ans pour que la CIESM se pose enfin à Marseille, mais l'on n'arrive jamais ici par hasard. Merci à la France, merci à Marseille de nous accueillir chaleureusement dans cette ville belle et singulière où la mer est partout présente » : le prince Albert II était lundi au palais du Pharo pour inaugurer, devant un impressionnant parterre de personnalités, le 40e congrès de la Commission internationale pour l'exploration scientifique de la mer Méditerranée (CIESM). Fondée en 1910 par le prince Albert 1er, cette structure internationale est désormais présidée par le souverain que l'on sait particulièrement attaché à la recherche marine.

Elle permet depuis ce lundi à plus 900 chercheurs de partager leurs expériences et de donner de la visibilité à quelque 850 communications scientifiques. 90 débats auront aussi lieu jusqu'au 1er novembre entre spécialistes arrivés des 23 pays membres de la CIESM. Le prince soulignait à ce propos l'importance de l'adhésion, le 4 octobre dernier, de la Fédération de Russie : « C'est en effet un grand pays, un pays scientifique majeur qui nous rejoint », commentait-il.

Avant de laisser la parole au professeur Frédéric Briand, directeur général du CIESM, pour une présentation complète des thèmes qui allaient être abordés, le prince évoquait un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, la création en Méditerranée de « Parcs Marins pour la Paix, c'est-à-dire de vastes zones marines trans-frontières, couvrant à la fois des eaux côtières et des eaux profondes, sous la co-gestion en bonne intelligence de deux ou trois pays concernés.

« J'étais ici, précisait-il encore, il y a exactement une semaine, pour rappeler, à l'ouverture de la Conférence IMPAC3*, toute l'importance que nous accordons à cette idée.

« Cette idée m'est chère pour plusieurs raisons, dont une très personnelle.

« Lors de son discours au Sommet des Chefs d'État de Rio de Janeiro en 1992, mon Père, le Prince Rainier III, avait proposé en personne, en tant que président de la CIESM et donc en tant qu'Ambassadeur de la Méditerranée, la mise en place, dans les mers régionales du globe, d'un système protégeant efficacement les zones sensibles situées en eaux internationales

« Il s'agira moins - dit-il alors de façon visionnaire - d'imposer un mode de protection stricte que d'adapter une gestion souple intégrée, où les ressources marines et les activités économiques pourront co-exister durablement grâce à la concertation étroite des divers utilisateurs ».

«Je ferai de mon mieux pour donner corps à cette idée. »

*Troisième congrès mondial des Aires Marines Protégées où la Principauté a envoyé plusieurs délégations.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.