“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La réserve des Maures surveillée depuis le ciel

Mis à jour le 11/05/2014 à 09:32 Publié le 11/05/2014 à 09:27
Hier après-midi, les alentours du lac des Escarcets, prisé par les promeneurs, ont été auscultés depuis un hélicoptère de la gendarmerie en lien avec les patrouilles au sol utilisant des 4x4, VTT et autres motos.

Hier après-midi, les alentours du lac des Escarcets, prisé par les promeneurs, ont été auscultés depuis un hélicoptère de la gendarmerie en lien avec les patrouilles au sol utilisant des 4x4, VTT et autres motos. E.M.

La réserve des Maures surveillée depuis le ciel

Des moyens exceptionnels ont été mobilisés hier pour l’opération « BioMaures ». La gendarmerie a engagé un hélicoptère pour traquer les incivilités dans le site protégé.

Des moyens exceptionnels ont été mobilisés hier pour l’opération « BioMaures ».
La gendarmerie a engagé un hélicoptère pour traquer les incivilités dans le site protégé.

C'est un exercice bien rodé auquel se sont livrées hier les « polices de l'environnement » que sont l'Office national des forêts (ONF), l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avec la gendarmerie. « Il ne s'agit pas de travailler chacun dans son coin. Nous mettons en place des équipes mixtes. Chacun apporte son expertise », souligne Stéphane Bonmarchand, commandant de la compagnie de Draguignan.

Les opérations « BioMaures » se sont multipliées ces dernières années dans la plaine de Maures, mobilisant une trentaine de fonctionnaires et militaires chargés de faire respecter une réglementation spécifique (lire par ailleurs). Hier, même la procureure de la République à Draguignan était de la partie, aux côtés, entre autres, de Concha Agero, conservatrice de la réserve, le capitaine Paul Rémy-Néris, adjoint au commandant de la compagnie de Draguignan, et le lieutenant Fabiola Molina Lopez, à la tête de la communauté de brigades du Luc-Gonfaron.

Le site mieux respecté

Le site est en effet protégé depuis 2009 par le statut unique dans le Var de « réserve naturelle nationale ». L'enjeu : la préservation de 5 276 hectares de nature, autour du lac des Escarcets, caractérisés par une faune et une flore riches et singulières, dont la tortue d'Hermann et l'orchidée sont d'illustres représentants. Une « biodiversité exceptionnelle » fragilisée par certains comportements.

Dans le collimateur : la cueillette des fleurs et autres végétaux non consommables, la divagation des chiens non tenus en laisse et bien sûr la circulation des véhicules à moteur (voitures, 4x4, quads, motos tout-terrain…) en dehors des voies autorisées.

Une centaine de personnes ont été sensibilisées, relatait le capitaine Rémy-Néris, à l'heure du bilan. Quelques jeunes adeptes du motocross ont été mis en fuite par l'hélicoptère de la gendarmerie (lire par ailleurs), quatre contraventions de quatrième classe ont été dressées et un seul délit a été constaté - un individu s'étant approprié une tortue… Un bilan jugé positif par Stéphane Bonmarchand considérant que les comportements ont favorablement évolué ces dernières années. La multiplication des missions BioMaures n'y est peut-être pas pour rien.


Le reportage complet sur iPad ou sur le Journal en ligne
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.