“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La moitié des salariés de Monaco Telecom dans la rue

Mis à jour le 26/11/2014 à 10:12 Publié le 25/11/2014 à 14:46
La moitié des salariés de Monaco Telecom mobilisés contre un plan de départs volontaires
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La moitié des salariés de Monaco Telecom dans la rue

Les salariés de l'opérateur de Monaco Telecom, racheté au mois de mai par Xavier Niel, ont dénoncé ce mardi matin devant la boutique principale à Fontvieille (quartier de la Principauté) un plan de départs volontaires "low cost".

Les salariés de l'opérateur de Monaco Telecom, racheté au mois de mai par Xavier Niel, ont dénoncé ce mardi matin devant la boutique principale de Fontvieille (quartier de la Principauté) un plan de départs volontaires "low cost".

Ils étaient près de 140 à l'heure du déjeuner sur un effectif global de 280 personnes. Du jamais-vu dans cette entreprise.

Le 23 octobre la direction de l'opérateur monégasque annonçait un virage stratégique de l'entreprise et un appel au départ volontaire de 35 personnes. Dans le même temps 18 embauches seraient prévues, dont cinq fermes, en internes.

En négociation depuis un mois avec la direction, les délégués du personnel ne sont pas satisfaits et dénoncent un plan "low cost" et "pas assez séduisant pour inciter au départ". "Et s'ils n'atteignent pas les 35 personnes, il y aura forcément un plan social et la crainte d'une deuxième vague est réelle", déplorent les représentants du personnel.

Du côté de la direction, Martin Peronnet, directeur général, assure que ce n'est pas "ce qu'il souhaite" et que "le dialogue est toujours ouvert".

Mercredi matin, une nouvelle réunion se déroulera entre les deux parties.

Les négociations doivent se clôturer le 2 décembre. Les salariés auront ensuite une semaine pour se déclarer.

 


Le reportage complet sur iPad ou sur le Journal en ligne

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.