Rubriques




Se connecter à

L’euthanasie des éléphants tuberculeux Baby et Népal remise en cause

Le sentiment est à l’optimisme dans les rangs de la Fondation Brigitte Bardot concernant le sort des deux éléphantes du parc de la Tête d’Or de Lyon. Saisi par le propriétaire de Baby et Népal, Gilbert Edelstein du Cirque Pinder,

La rédaction Publié le 20/02/2013 à 19:14, mis à jour le 21/02/2013 à 08:48
Titre - 19567908.jpg
Baby et Népal, selon le tribunal administratif de Lyon, devraient être euthanasiées. Un pourvoi en cassation a été formé. Mais il n'est pas suspensif… Maxime Jegat/IP3

Le sentiment est à l’optimisme dans les rangs de la Fondation Brigitte Bardot concernant le sort des deux éléphantes du parc de la Tête d’Or de Lyon.

Saisi par le propriétaire de Baby et Népal, Gilbert Edelstein du Cirque Pinder, le Conseil d’Etat examinait cet après midi à Paris le cas des deux pachydermes soupçonnés de tuberculose.

 

Si sa décision est mise en délibéré, les conclusions du rapporteur public sont encourageantes pour les défenseurs des animaux. Elles amènent à suspendre l’arrêté  préconisant l’euthanasie, le rapporteur estimant qu’il pesait dessus un soupçon d’ «illégalité». En cause: la «disproportion» de cette sentence prise sans examen de «mesures moins radicales» et alternatives. Au Conseil d’Etat de se positionner dans quinze jours.

"Découragée psychologiquement" par ce nouveau délai, Brigitte Bardot n’a pas souhaité s’exprimer ce soir de Saint-Tropez. Sa Fondation ne perd pas pour autant de vue son objectif de mettre en place rapidement les tests sérologiques et voir valider le protocole de soins remis au Ministère de l’Agriculture.

De son côté Stéphanie de Monaco réitérait sur les ondes, mercredi matin, son soutien aux éléphantes et précisait sa proposition de les accueillir dans une propriété sur les hauteurs de Monaco.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.