“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Hôtel de Paris à Monaco: la grève enfin suspendue

Mis à jour le 08/01/2014 à 08:32 Publié le 08/01/2014 à 08:30
La grève d’une centaine de salariés de l’Hôtel de Paris a commencé le 30 décembre (ici, avenue des Beaux-Arts, en face de l’entrée de service de l’Hôtel de Paris).

La grève d’une centaine de salariés de l’Hôtel de Paris a commencé le 30 décembre (ici, avenue des Beaux-Arts, en face de l’entrée de service de l’Hôtel de Paris). J.D.

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Hôtel de Paris à Monaco: la grève enfin suspendue

Les cent grévistes de l'Hôtel de Paris ont voté, ce mardi à 20h15, la suspension de la grève.

Les cent grévistes de l'Hôtel de Paris ont voté, ce mardi à 20h15, la suspension de la grève.

"C'est une première avancée dans un conflit qui fut le plus suivi et le plus long depuis au moins 25 ans", soulignent les délégués syndicaux.

Mais ce n'est pas la fin du bras de fer. "Nous voulons nous retrouver immédiatement à la table des négociations avec la direction", souligne Giuseppe Dogliatti, délégué syndical et délégué du personnel.

>>LIRE AUSSI.

De son côté, la Société des Bains de Mer, propriétaire du palace, soulignait encore ce mardi après-midi qu'elle appelait à "la reprise du travail pour poursuivre les discussions".

>>LIRE AUSSI. Une semaine de grève à l'Hôtel de Paris: un record pour Monaco


Le reportage complet sur iPad ou sur le Journal en ligne

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.