“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Flyboard à Monaco: une expérience "eau-delà" du réel

Mis à jour le 07/08/2014 à 08:52 Publié le 06/08/2014 à 07:08
Alimentées en énergie par le jet-ski, les bottes permettent une propulsion hydraulique d'une force incroyable. Accrochez-vous bien, ça secoue plus que sur un surf !

Alimentées en énergie par le jet-ski, les bottes permettent une propulsion hydraulique d'une force incroyable. Accrochez-vous bien, ça secoue plus que sur un surf ! Eric Duliere

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Flyboard à Monaco: une expérience "eau-delà" du réel

Par un beau matin d’août, malgré la mer agitée et les appréhensions qui me taraudaient,j’ai testé pour vous le jet pack à poussée hydraulique le plus cool de toute la Côte

Par un beau matin d’août, malgré la mer agitée et les appréhensions qui me taraudaient,j’ai testé pour vous le jet pack à poussée hydraulique le plus cool de toute la Côte

Votre mission, si vous l'acceptez, est de tester un jet pack à propulsion hydraulique, encore au stade expérimental. Rendez-vous auprès de notre contact chez SkiVol, agence spécialisée dans les activités nautiques à l'entrée du Larvotto. Attention, la mission est périlleuse et en cas d'échec,Monaco-Matindécline toute implication dans cette affaire. La Principauté compte sur vous. Bonne chance. »

Avec ce message comme seule indication, je prends mon courage à une main et mon carnet dans l'autre, puis me dirige vers le sable du Larvotto. Il est 11 h 30 lorsque j'arrive à SkiVol : wakeboard, parachute ascensionnel, pédalo et autres engins tractés sont au programme pour une large gamme de prix, de 15 e à 300 e en fonction de l'activité et du nombre de tours.

Mais en me dirigeant vers le ponton où m'attendait mon contact, je n'avais pas la moindre idée de ce qui allait m'arriver. C'est le début de ma mission. Nom de code : flyboard.

Une question d'équilibre

Laurence, mon contact, m'aide à enfiler la combinaison de plongée ainsi que deux gilets de sauvetage. On n'est jamais trop prudent. « N'oublie pas, les jambes doivent rester droites et tout le corps doit pousser vers le bas au moment de la propulsion. Ne l'oublie pas ! Bonne chance. »

Pourquoi diable tout le monde me souhaite-t-il « bonne chance » ? N'étant pas un très bon nageur, je ne vois pas pourquoi mon rédac chef m'aurait choisi parmi d'autres recrues mieux entraînées pour cette mission…

Le cœur battant la chamade et l'esprit plein de doutes, je plonge dans la mer agitée et nage jusqu'à une plateforme surplombant la mer à côté d'un jet ski.

Et tout s'enchaîne.

On me fait enfiler une paire de bottes très lourdes reliées à un tuyau blanc, long de plusieurs mètres, raccordé à un jet-ski. Le principe ? Le scooter des mers envoie le jus et me donne l'énergie suffisante pour me propulser, grâce aux réacteurs situés à mes pieds.

La machine, tout droit sortie d'un film de James Bond, me permet de m'élever comme un super-héros, au-dessus de l'eau. Le jet-ski me suit et me dirige quand je nage. Une fois l'ordre donné, « Debout ! », l'heure est venue de tendre les jambes, gainer le reste du corps et se laisser propulser à un, deux… trois mètres au-dessus du niveau de l'eau !

De là-haut, j'aperçois la plage, les restaurants, puis la tour Odéon. Surpris de voir un blondinet tester des gadgets d'agent secret en plein jour, les badauds me regardent avec une pointe d'envie. J'ai à peine le temps de me prendre pour le roi du monde qu'une mauvaise position me fait tomber disgracieusement dans l'eau.

Parce qu'avec le flyboard, comme le surf ou le snowboard, tout est question d'équilibre et de sensation. Je laisse donc mes dernières appréhensions de côté, je joue légèrement des pieds : avant, arrière, talon, pointe, je cherche mon centre de gravité… Et c'est bon ! Je m'élève grâce à la force de l'eau propulsée sous mes pieds ! La sensation est surprenante, mais pas du tout désagréable. En fait, on aimerait que ça dure plus longtemps.

Plus on monte haut, plus l'envie de caresser les nuages nous prend aux tripes. J'en oublie ma mission d'origine. J'étais parti la boule au ventre, j'avais peur de ne pas y arriver, je n'étais pas à l'aise dans l'eau… Mais là était mon erreur : avec le flyboard, il n'est pas question de nager, mais de s'envoler ! Mission accomplie ? Aucune idée, mais en tout cas je me suis bien marré.
 


Savoir +
La séance de 20 minutes de flyboard est à100 € au SkiVol, à l'entrée du Larvotto, côté Rose des Vents. Les autres activités, seul ou en groupe, coûtent de 15 à 300 €.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.