“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Excédés, les usagers de la SNCF descendent sur la voie à Monaco

Mis à jour le 21/01/2015 à 07:40 Publié le 21/01/2015 à 07:36
Excédés, les usagers de la SNCF descendent su - 28084841.jpg
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Excédés, les usagers de la SNCF descendent sur la voie à Monaco

Après avoir appris que le train de ce lundi soir partait à vide, un petit groupe de passagers mécontents est descendu sur la voie.

Après avoir appris que le train de ce lundi soir partait à vide, un petit groupe de passagers mécontents est descendu sur la voie.

Une situation ubuesque. Lundi soir, une centaine de voyageurs a vécu un moment surréaliste. « En gare de Monaco, on est montés dans le train qui part vers Cannes à 20 h 07 » raconte Nicolas, 30 ans qui effectue tous les jours le trajet entre la Principauté et Nice-Saint-Augustin.

« Le conducteur a allumé les moteurs. Puis, il y a eu un drôle de bruit et il nous a avertis que tout le monde devait descendre, car il ne pouvait pas partir. »

Quelques usagers se sont alors dirigés vers la cabine du cheminot pour lui demander de plus amples informations. « Il leur a répondu qu'il n'y avait pas de contrôleur et qu'il retournait à Nice à vide » poursuit le jeune homme.

De quoi rendre furibonds les voyageurs. « Un homme a alors lancé : « Si je pars pas, le train part pas. » Et quatre personnes se sont mises sur la voie devant la locomotive. La police est intervenue, mais le petit groupe était déjà remonté sur le quai. On a dû attendre la rame de 21 h. Quant au train, il est bien parti à vide ! »

Ras-le-bol généralisé

« L'exaspération est à son comble »s'insurge Eric Sauri, de l'association des Naufragés du TER Grasse-Vintimille. « Des voyageurs étaient déjà descendus sur les voies, mais c'était en 2009 après 3 mois de grève ! C'est du grand n'importe quoi, même sur la ligne Nice-Monaco, soi-disant la plus chouchoutée. Le service public est délabré. Le ras-le-bol est généralisé » s'étrangle M. Sauri, qui renvoie dos à dos les élus et la SNCF.

Cette dernière a tenté, ce mardi, de se justifier. « Après un problème technique, il a été décidé de partir sur Nice pour aller chercher un contrôleur. Celui-ci est chargé de mesures de sécurité, comme la fermeture des portes » rapporte la direction azuréenne.

Pour elle, « descendre sur les voies, ce n'est pas la solution. La circulation a été coupée dans les deux sens et des retards ont été enregistrés sur trois rames, pénalisant d'autres clients. »

Des arguments qui ne devraient pas refroidir l'ardeur de l'association d'Eric Sauri, qui invite les mécontents et autres naufragés à manifester sur le parvis de la gare de Nice-Ville, samedi à 13 h.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.