“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Conseil National: "Pas d'infos, pas de loi de désaffectation"

Mis à jour le 06/06/2013 à 13:48 Publié le 06/06/2013 à 11:05
À peine entamés dans les jardins des Boulingrins, les travaux du futur Sporting d'Hiver font grincer des dents au Conseil National.(Illustration DR/SBM)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Conseil National: "Pas d'infos, pas de loi de désaffectation"

Laurent Nouvion, président du Conseil National, réclame des explications à la SBM sur le chantier du Sporting d'Hiver.

Laurent Nouvion, président du Conseil National, réclame des explications à la SBM sur le chantier du Sporting d'Hiver.

Tout s'accélère du côté des travaux de la place du Casino. Les foreuses ont fait leur apparition alors que les plantes du jardin des Boulingrins déménagent pour laisser la place aux futurs kiosques qui abriteront les boutiques provisoirement (lire ci-dessus). Acté il y a plusieurs mois par ordonnance souveraine, la SBM entame donc son grand chantier de quatre ans qui verra la destruction puis la reconstruction du Sporting d'Hiver ainsi que la réfection totale de l'Hôtel de Paris.

"La SBM agit seule"

Sauf que du côté du Conseil National, ça grince. L'inquiétude tourne surtout autour du "manque de transparence de la direction de la Société des Bains de Mer sur ce projet d'envergure", estimé tout de même à 600 millions d'euros. Et le président Laurent Nouvion s'agace: "La direction de la SBM a pris l'habitude d'agir seule alors que, rappelons-le, l'État est actionnaire largement majoritaire(69 % ndlr). Ils ont oublié qu'il y a des institutions monégasques auxquelles il faut rendre des comptes."

"Je leur rappelle qu'ils vont avoir besoin de nous pour voter une loi de désaffectation s'ils veulent démarrer les travaux au niveau du pavillon St-James qui appartient toujours à l'État. À ce jour, nous n'avons aucune demande de ce genre. Et rien ne nous est parvenu. Sans parler de la gestion du personnel de l'Hôtel de Paris durant les travaux, et du plan de financement de ce projet qui n'est toujours pas dévoilé. Tant que nous n'aurons pas ces informations, nous ne voterons pas de loi de désaffectation!»

Voilà qui est dit.

Quel contrat pour le directeur des Jeux?

Mais Laurent Nouvion ne s'arrête pas là. Il évoque aussi le rôle du nouveau visage de la direction des Jeux, John Galvani, sans cacher son irritation. "Nous avons appris son nom dans Monaco-Matin ! Je rappelle que nous avions accepté l'éventualité d'un dirigeant étranger seulement à titre provisoire. Or, malgré nos demandes à répétition, nous ne connaissons toujours pas les tenants de son contrat et son échéance. Et par-dessus tout, nous apprenons qu'il va nommer deux adjoints. Cela fait donc trois personnes non monégasques à la tête de ce secteur ! Nous serons donc très vigilants aux moyens donnés à ces nouveaux adjoints. Il faut que la direction soit consciente que nous savons très bien ce qu'il se passe au sein de la SBM et des dysfonctionnements se font jour. Son action en Bourse n'a jamais été aussi basse, il est grand temps que le secteur Jeux se rétablisse très vite!"

La demande d'explication est claire et la menace d'un contre unanime au Conseil National concernant la loi sur le démembrement, à peine voilée. La balle semble se trouver dans le camp de la SBM.

Anne-Claire Hillion

achillion@monacomatin.mc


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.