“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

ZAC Saint-Antoine: un trait d’union entre Cap-d’Ail et Monaco

Mis à jour le 03/06/2013 à 11:02 Publié le 03/06/2013 à 10:55
Autour du prince Albert II et du maire Xavier Beck, on notait la présence du préfét Christophe Mirmand, de Christian Estros et d'Eric Ciotti

Autour du prince Albert II et du maire Xavier Beck, on notait la présence du préfét Christophe Mirmand, de Christian Estros et d'Eric Ciotti Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

ZAC Saint-Antoine: un trait d’union entre Cap-d’Ail et Monaco

Après six années de chantier, le souverain a inauguré vendredi, ce quartier frontalier où Monaco a investi plus de 200 millions d’euros pour des équipements sportifs et sociaux

Après six années de chantier, le souverain a inauguré vendredi, ce quartier frontalier où Monaco a investi plus de 200 millions d’euros pour des équipements sportifs et sociaux

10h31 : le ruban est coupé. Le prince Albert II et le maire de Cap-d’Ail Xavier Beck viennent de baptiser le nouveau quartier Saint-Antoine. Six ans d’études et six années d’un gigantesque chantier ont transformé l’ancienne friche industrielle (où se trouvait la voie ferrée et une usine de gaz) en un nouvel espace de vie pour Cap-d’Ail, frontalier avec la Principauté. « Un quartier cohérent qui crée une continuité entre le Basse corniche et le port », assure Xavier Beck, le maire. « Un quartier attractif aux portes de Monaco », ajoute le ministre d’état Michel Roger.

Car Saint-Antoine relève d’un ambitieux mariage entre la commune française et la Principauté. Sur le modèle économique d’une zone d’aménagement concertée (ZAC) GFC construction a acheté le terrain à la ville pour l’équiper au bénéfice de la Principauté. L’état monégasque engageant 205 millions d’euros (98 % du budget) dans ce projet qui aujourd’hui conjugue habitations, commerces, équipements sportifs et utilitaires. Monaco y gagne notamment 54 logements pour ses actifs. Le reste du chantier a été financé par Cap-d’Ail (202000 euros) et par la société Erilia qui a injecté 1875670 euros (dont une aide de 69600 euros du conseil général des Alpes-Maritimes) pour bâtir douze logements sociaux qui achèvent l’offre immobilière.

4.000 m² encore à construire, commerces à attribuer

La visite de l’ensemble de l’avenue du 3-septembre jusqu’à la plage Marquet commence. Le style est relativement harmonieux. Le choix des lignes franches et contemporaines du bâti (signé Antoine Garcia-Diaz et Alain Derbesse) se mêle à des jardins en restanque entourés de pierres ocres et de végétation pour créer un chemin piétonnier jusqu’à une passerelle et un ascenseur menant à la plage Marquet.

Enfoui, outre le vaste parking (730 places), un grand gymnase aux parois revêtues de panneaux de bois a été logé. L’équipement sportif complétera les autres salles monégasques notamment pour la pratique de divers sports où l’espace disponible faisait défaut. Dernier site, le stade bouliste installé en plein air et couvert d’une coiffe métallique. Idéal pour la pétanque! « Ce quartier est une combinaison technique et esthétique », pour Alain Loyer, p.-d.g. de GFC Construction dont la société et ses filiales ont piloté le projet. Les six années de travaux ont nécessité l’emploi d’une quarantaine d’entreprises totalisant un million d’heures de travail.

Aujourd’hui, Saint-Antoine est un symbole « de la vitalité de la coopération franco-monégasque » pour le préfet Christophe Mirmand. Exemple de coopération, la fameuse liaison Marquet ouverte pour désenclaver Fontvieille en mars dernier et déjà très fréquentée sera désormais gérée et entretenue par la Principauté et la Métropole Nice-Cote d’Azur.

Après la grande fête inaugurale hier – à laquelle tous les Cap-d’aillois avaient été conviés – il reste encore du travail. Dont 4.000 mètres à bâtir dans le quartier prévu initialement pour une maison de retraite. Mais le projet a été annulé et d’autres devraient être envisagés. Tout comme l’attribution des 6.000 mètres carrés de commerces, relevant de la compétence du gouvernement monégasque. L’enseigne Monoprix, un temps intéressée de s’y installer, s’est finalement désistée.
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.