“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Wlad: une vie au piano

Mis à jour le 04/12/2014 à 09:00 Publié le 04/12/2014 à 08:25
Vladimir Ferrari et Jérémie Laurent, co-auteur du documentaire « Wlad, portrait d'un piano-bar ».

Vladimir Ferrari et Jérémie Laurent, co-auteur du documentaire « Wlad, portrait d'un piano-bar ». Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Wlad: une vie au piano

À 89 ans, le pianiste du Loews continue à jouer, tous les jours, chez lui. Seul. Un documentaire de 52 minutes retraçant sa formidable carrière sera diffusé sur Monaco-Info le 8 décembre

À 89 ans, le pianiste du Loews continue à jouer, tous les jours, chez lui. Seul. Un documentaire de 52 minutes retraçant sa formidable carrière sera diffusé sur Monaco-Info le 8 décembre

Le piano est dans un coin du salon. Mais on ne voit que lui. Et quand Vladimir Ferrari - Wlad pour les intimes - achève de nous jouer Summertime, il lance : « Vous voulez que je continue ? »

Bien sûr qu'on voudrait. On en a même furieusement envie. Mais il nous reste moins d'une heure et Wlad doit nous brosser sa vie de pianiste de piano-bar qu'il a achevée à 71 ans… Aujourd'hui, il en a 89 ans, depuis avant-hier exactement !

Moins d'une heure (52 minutes exactement), c'est la durée du documentaire produit par Tataouine productions et le Centre de presse de Monaco, écrit par Frédéric Laurent et son fils Jérémie, diffusé le 8 décembre sur Monaco-Info.

Le film retrace l'extraordinaire carrière de Wlad. Une carrière qui conduira le pianiste de Téhéran à Los Angeles, en passant par Cuba et le Canada, avant de revenir à Monaco où le Français a grandi et où il finira sa carrière.

« J'ai fait mes vingt et une dernières années de pianiste au Loews. Le lobby de l'hôtel était un hall de gare. Froid. Horrible. Un piano a été mis sur un podium. C'était plein tous les soirs. » Car si les clients venaient au piano-bar du Loews, ce n'était pas pour savourer la marque d'un whisky. C'était pour Wlad.

« Le prince Albert venait régulièrement. C'était un jeunot. Lui rentrait des États-Unis. Moi j'y étais resté dix ans, entre 1960 et 1970, à Hollywood notamment. Alors, ensemble, on se racontait des histoires américaines. Un soir, il a chanté jusqu'à trois heures du matin ! »

« Je n'ai que des bons souvenirs »

Tous les soirs, sauf le mardi, Wlad animait le piano-bar de 20 heures à 2 heures du matin. Puis il rentrait chez lui, à deux pas de l'ancien bâtiment du Yacht-Club, au bout du quai Antoine-Ier.

Et cela jusqu'à 71 ans… De quoi se sentir fatigué ! « Je ne me suis jamais lassé. Il y avait des gens extraordinaires. Pierre Notari, conseiller de gouvernement pour les Finances et l'Économie, venait presque tous les soirs. J'ai pu ainsi rencontrer Paul Anca, Barry White… C'est un métier très agréable. Je n'ai que des bons souvenirs. »

Généralement, le temps use. Pour Wlad, il semble l'effleurer. Car ce n'est pas le travail qui a manqué. À Paris au début de sa carrière, il travaillait toutes les nuits jusqu'à 6 heures du matin, « sans un seul jour de congé. Ça n'était pas humain. »

Puis il enchaîne les contrats : trois ans de tournée à Cuba, cinq ans au Canada, dix ans aux États-Unis… Une carrière extraordinaire que le pianiste raconte sans nostalgie, ni regrets.

Et aujourd'hui ?« Je marche tous les matins et m'en vais faire mon marché à Beausoleil. À la maison, je m'occupe de tout. Il n'y a que les voyages qui ne m'intéressent plus. J'ai composé pour toute la famille Grimaldi. Je préfère rester ici. J'adore Monaco. J'adore parler monégasque avec mes copains musiciens. Mais je parle aussi l'anglais, l'italien, l'espagnol ; et je comprends le mentonnais, le niçois et le catalan espagnol. »

Un coup d'œil sur le piano. Et si vous deviez reprendre aujourd'hui ? « Ça ne me dérangerait pas. J'ai tous les morceaux dans la tête. Je pourrais facilement tenir une nuit entière. » Chiche ?

 


Savoir +
« Wlad, portrait d'un piano-bar », diffusé le 8 décembre, à 19 heures sur Monaco-Info (puis en rediffusion courant décembre). Documentaire écrit par Frédéric Laurent et réalisé par Jérémie Laurent.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.