“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

VIDÉOS. Un an après, les victimes du 14-Juillet racontent leur reconstruction

Mis à jour le 14/07/2017 à 07:15 Publié le 14/07/2017 à 10:30
Hommage à Nice.

Hommage à Nice. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDÉOS. Un an après, les victimes du 14-Juillet racontent leur reconstruction

Ils s'appellent Gaetano, Carolina ou Greg. Venus du monde entier à Nice, ils ont été réunis à jamais par un drame qui a changé leur vie. Blessés dans leur esprit autant que dans leur chair, ils cherchent depuis un an à se reconstruire.

À l'occasion du premier anniversaire de l'attentat sur la Promenade des Anglais, Nice-Matin est retourné à la rencontre de ces hommes et femmes, pour recueillir leurs témoignages. Savoir comment ils vont. Comment ils vont de l'avant, surtout. Et comment ils appréhendent la commémoration du 14-Juillet.

Leurs récits, ainsi que l'éclairage d'experts médicaux, sont à lire ce dimanche dans un dossier de quatre pages. Voici quelques mots, en vidéo, de quatre d'entre eux.

Carolina Mondino, 69 ans

Le 14-Juillet, cette Niçoise originaire d'Argentine a perdu sa meilleure amie, Jacqueline Wurtlin. Elle-même a été grièvement blessée. Pour autant, à ses yeux, "il ne faut pas tourner le dos à la Prom".

Greg Krentzman, 53 ans

Cet Américain marié à une Niçoise a été grièvement blessé à la jambe droite. Résolument positif, il entrevoit dans la vie d'après "un nouvel espoir et une seconde chance".

Gaetano Moscato, 72 ans

Surnommé le "papy-héros" en Italie, il a été terriblement blessé en protégeant sa famille. Amputé de la jambe gauche, il apprend à remarcher en s'adaptant à sa nouvelle situation. Mais le souvenir de l'attentat le hante: "Chaque nuit, je repense à ce qui s'est passé".

Franck, 50 ans

Lui ne se considère pas comme un héros. Ni vraiment comme une victime. Franck est pourtant bien tout cela à la fois. "L'homme au scooter" a été durablement blessé physiquement, mais surtout psychologiquement, en tentant coûte que coûte de stopper le camion. "Je me reconstruis difficilement, en pensant aux familles".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.