“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

VIDEO. Le "mur Google®" pour plonger au cœur des océans à Monaco

Mis à jour le 22/03/2013 à 08:32 Publié le 22/03/2013 à 08:05
Les jeunes visiteurs n'ont aucun mal à prendre en main le simulateur et peuvent ainsi partir à la découverte des océans.

Les jeunes visiteurs n'ont aucun mal à prendre en main le simulateur et peuvent ainsi partir à la découverte des océans. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. Le "mur Google®" pour plonger au cœur des océans à Monaco

Un simulateur d’exploration des fonds marins permet aux visiteurs du Musée océanographique de Monaco une plongée virtuelle dans les profondeurs. Une première en Europe

Un simulateur d’exploration des fonds marins permet aux visiteurs du Musée océanographique de Monaco une plongée virtuelle dans les profondeurs. Une première en Europe

Il n'y en a que trois dans le monde (dont deux aux États-Unis) ! Inventé par la multinationale Google®, le Liquide Galaxy vient d'être installé au Musée océanographique de Monaco et permet d'explorer les océans et de plonger à la découverte d'une biodiversité encore préservée. « La qualité des images est impressionnante », s'étonne un visiteur.

Sept écrans et neuf ordinateurs

Le simulateur trône dans la pièce Albert-Ier, dédiée au pionnier de l'océanographie moderne. Le « Mur Google »est composé de sept écrans LCD géants qui permettent une vision sphérique à 180 °. Concernant l'informatique, les écrans sont contrôlés par ordinateur et reliés à une unité centrale qui chapeaute le tout.

Pour plonger dans les fonds marins, le public utilise une manette. « Dommage que les commandes soient encore très sensibles », remarque un adulte. À côté, les enfants ont déjà adopté le simulateur. « Ils ont l'air de maîtriser plus vite que nous, en rigolent les parents. C'est une très bonne idée, ça permet aux plus jeunes de réviser leur géographie ».

Trois possibilités s'offrent ainsi aux curieux de cette machine d'exploration virtuelle : parcourir la planète, des tropiques aux pôles, suivre une croisière thématique ou encore découvrir des zones spécifiques comme la grande barrière de corail avec une série de photos panoramiques.

« C'est une nouvelle approche intuitive explique Olivier Dufourneaud, chargé de mission pour la politique de protection des Océans à l'institut Océanographique. Progressivement on ajoute du contenu. Une équipe scientifique australienne s'occupe des relevés. »

Alors que les océans représentent 70 % de la surface du globe, l'intérêt premier de l'équipement est de « fasciner et faire découvrir la richesse de ses lieux ». « C'est aussi, ajoute Olivier Dufourneaud, l'occasion de sensibiliser les personnes et de les avertir des menaces qui pèsent sur la planète bleue ». Au fil des semaines, l'outil va se développer sur des contenus spécifiques du musée comme la mer Méditerranée et pouvoir ainsi plonger dans la Grande Bleue. Et promis, impossible de boire la tasse en naviguant.

 

 

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.