VIDÉO. La gendarmerie au chevet des retraités et veuves isolés dans l’ouest-Var

La brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) située à Bandol vient de réorienter ses missions. Elle s’occupe désormais de prendre contact avec les veuves et retraités de la gendarmerie.

Laury Holste Publié le 09/04/2020 à 17:34, mis à jour le 09/04/2020 à 17:41
La brigade bandolaise prend contact avec les retraités de l'armée et les veuves de l'ouest-Var. Photo L. H.

"Bonjour Madame, c’est la gendarmerie. On vous appelle pour savoir si tout va bien chez vous si vous n’avez pas de problèmes particuliers et si le confinement se passe bien pour le moment."

Face au coronavirus, les cinq militaires de la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Bandol, unique dans le Var, ont drastiquement changé de missions.

"D’ordinaire nous avons deux types de missions prioritaires", indique l’adjudante Isabelle Cano, en charge de la brigade.

"Nous faisons de la prévention auprès des jeunes, notamment dans les établissements scolaires, sur les thèmes des addictions, d’Internet ou encore du harcèlement. Notre seconde mission concerne les victimes mineures. Nous disposons de deux salles, dites Mélanie, pour accueillir les enfants. Nous auditionnons 200 victimes par an qui sont pour les trois quarts victimes d’agressions sexuelles."

Et si les auditions de mineurs continuent, l’activité consacrée à la prévention se retrouve mise en pause à cause du confinement et de la fermeture des écoles.

 

Une nouvelle priorité Covid-19

Pour autant, pas question pour les cinq gendarmes de ne "rien faire". Après consultation, ils ont décidé de se lancer dans une nouvelle mission: soutenir les veuves et retraités de la gendarmerie du Var.

"Nos missions quotidiennes sont chamboulées et nous avons décidé de créer une écoute pour les personnes âgées de la gendarmerie. Nous avons privilégié le secteur ouest-varois, à savoir le territoire de la compagnie de La Valette qui comprend notamment les brigades du Beausset de Saint-Cyr. Nous avons donc un listing d’une centaine de personnes, retraitées ou veuves, que nous contactons pour savoir si tout se passe bien et si elles ont besoin de quelque chose."

Une nouvelle activité qui occupe les militaires bandolais du lundi au vendredi.

Les nouvelles missions des gendarmes de la brigade de prévention de Bandol La brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) située à Bandol vient de réorienter ses missions face au coronavirus. Elle s’occupe désormais de prendre contact avec les veuves et retraités de la gendarmerie.

Un accueil touchant

Et si certaines personnes contactées par la gendarmerie ont été surprises, l’accueil réservé aux gendarmes est toujours positif. "La gendarmerie, c’est une grande famille et c’est dans ces temps-là qu’on doit encore plus le montrer", continue l’adjudante.

"Dans une famille on se soutient, on se soucie des autres. C’est donc la mission qu’on s’est donnée. Quand on les appelle, les gens sont ravis, nous en avons même qui ont pleuré. Le fait d’être écouté, de voir que l’on s’inquiète pour des gens qui sont parfois seuls, ça les touche beaucoup. Après, on les conseille en fonction de leurs besoins, on leur indique où sont les commerces ouverts dans leur secteur, on leur parle de la livraison à domicile, on identifie leurs besoins, s’il faut une aide médicale ou sociale."

 

Et, au fil des jours, l'accompagnement se révèle très utile. "Globalement, tout se passe bien. Certains sont partis chez leurs enfants, et ceux qui sont chez eux ont de l’aide des mairies ou des aides médicalisées. Nous avons repéré un retraité en détresse. Il a été orienté vers une assistante sociale."

De nombreuses veuves et de nombreux retraités de la gendarmerie ont d’ores et déjà été contactés. Même si certaines personnes n’ont pas pu être atteintes par téléphone.

"Certains ne répondent pas forcément à nos appels. Parfois, les numéros autrefois recueillis ne sont plus attribués", termine la chef de la BPDJ.

"Du coup, nous avons réalisé des lettres que nous déposons dans les boîtes aux lettres des concernés. Nous nous déplaçons également jusque chez eux pour les rencontrer. Nous prenons le temps de créer un contact avec chacun et s’assurer que tout le monde va bien."

En renfort pour les violences intra-familiales

La brigade de prévention de la délinquance juvénile du Var a également décidé d’apporter son soutien pour les auditions des victimes de violences au sein de la famille, dans le cadre du confinement.

 

"Nous venons renforcer le dispositif de traitement des violences intra-familiales des brigades de la compagnie de La Valette", indique l’adjudant Isabelle Cano.

"Comme les brigades sont déployées sur les dispositifs spécifiques liés au Covid-19, comme les contrôles routiers, nous avons décidé de leur apporter notre appui pour le traitement de violences. C’est une évolution logique des missions de notre brigade et nous avons tous la formation nécessaire pour réaliser ce type d’auditions."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.