“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Qui était Fehmi, le jeune homme de 20 ans décédé après son interpellation à Auch...

Jean-François Colosimo, Jean-Claude Guibal et Pascal Picq ont tâché de faire un lien entre l'évolution de l'homme, le retour du spirituel et la mutation des sociétés.

Autopsie de notre société : qu'est-ce qui ne va pas ?

Inondations meurtrières dans l'Aude: la tristesse du prince Albert II

Le hameau de Granile, dans la Roya, coupé du monde après un éboulement

Le bilan des inondations dans l'Aude atteint 14 morts

VIDÉO. "Je n’aurais jamais participé à l’enlèvement d’une vieille dame", le paparazzi de l’affaire Veyrac parle

Mis à jour le 09/11/2017 à 18:03 Publié le 09/11/2017 à 17:58
Luc Goursolas,

Luc Goursolas, Cyril Dodergny

VIDÉO. "Je n’aurais jamais participé à l’enlèvement d’une vieille dame", le paparazzi de l’affaire Veyrac parle

Luc Goursolas, qui reste mis en examen pour enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d’otage en bande organisée dans l’affaire du rapt de Jacqueline Veyrac a été libéré la semaine dernière.

C’est dehors, qu’il pourra désormais préparer sa défense en vue d’un éventuel jugement aux assises. Ce jeudi, dans le bureau de son avocat niçois, Me Adrien Verrier, il a pris la parole pour la première fois pour clamer son innocence. "Je n'y suis pour rien (...) J’attends que la vérité éclate, que la juge d’instruction continue à vérifier tous mes propos, et qu’elle se rende bien compte que je n’ai pas menti depuis le début."

>> RELIRE. Rapt de Jacqueline Veyrac: les incroyables aventures de "Tintin", ancien paparazzi reconverti en "détective privé"

L’ex paparrazi avait été interpellé le 26 octobre 2016, deux jours après l’enlèvement de la millionnaire niçoise, propriétaire du restaurant La Réserve et du Grand hôtel de Cannes. "Depuis le début, dès ma première heure de garde à vue jusqu’aux auditions chez la juge, je lui explique que je n’y suis pour rien, que j’ai été instrumentalisé par Philipp Dutton" (NDLR : un SDF également mis en examen et qui reste en détention provisoire). Luc Goursolas le dit haut et fort : "Jamais je n’aurais participé à l’enlèvement d’une vieille dame. Ce n’est pas mon éducation, j’ai toujours œuvré du bon côté, jamais du côté obscur."

Il affirme que la juge l’a vérifié, via les expertises de police scientifique. "Je n’ai jamais menti, j’ai toujours dit la vérité", clame l’ex paparazzi, visiblement amaigri et épuisé. Me Adrien Verrier décrit un homme "fragile".

 

Pour l’avocat, cette remise en liberté est une première victoire dans le dossier. "Nous avons eu la chance de pouvoir faire sortir Luc Goursolas après un an de détention provisoire pendant laquelle il a clamé son innocence farouchement. Il nous paraissait important de pouvoir rappeler qu’il niait les faits qui lui étaient reprochés et qu’à aucun moment il n’a pu se considérer comme un enleveur de vieilles dames."

Me Verrier estime que les juges "ont décidé de lui faire confiance". L’avocat indique que son client "a effectivement posé des balises sur un véhicule, mais à aucun moment, il n’a pu savoir si cette balise était destinée ou non à un enlèvement".

Quand il dit s’en être rendu compte, Luc Goursolas affirme qu’un retour arrière était impossible pour lui. "Je regrette qu’à cause de moi cette personne âgée ait été enlevée et qu’elle soit restée deux jours dans une voiture. Quelque part, même si je n’étais pas au courant, c’est en partie à cause de moi. Quand je m’en suis rendu compte c’était trop tard, j’ai été menacé, je ne pouvais plus faire marche arrière, j’attendais qu’on vienne me chercher."

Toujours mis en examen, Luc Goursolas est placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de travailler et interdiction d’approcher les acteurs du dossier. Il a interdiction de quitter le territoire. Le procureur avait fait appel de sa remise en liberté, mais elle a été confirmée mardi, selon Me Verrier, par la chambre de l’instruction.


Plus de détails demain dans vos éditions de Nice-Matin


La suite du direct