“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

VIDEO. Braquage de la bijouterie Cartier à Monaco: le butin estimé à plusieurs millions d'euros entièrement retrouvé

Mis à jour le 28/03/2017 à 08:50 Publié le 28/03/2017 à 05:24
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. Braquage de la bijouterie Cartier à Monaco: le butin estimé à plusieurs millions d'euros entièrement retrouvé

Les autorités monégasques ont annoncé, hier en conférence de presse, que « l'intégralité » du butin avait été récupéré mais que l'un des braqueurs était toujours en fuite hors de Monaco

Un butin de « plusieurs millions d'euros » retrouvé dans son intégralité - en attendant l'inventaire définitif de Cartier. Quatre individus interpellés, dont un en France. Et un braqueur potentiellement armé toujours dans la nature. Deux jours après le hold-up retentissant dans la bijouterie Cartier de la place du Casino, tel était le bilan provisoire dressé, hier après-midi, par le procureur général de Monaco, Jacques Dorémieux, et le directeur de la Sûreté publique, Richard Marangoni.

Satisfaits d'avoir réglé « l'essentiel de ce dossier en moins de 48 heures » grâce à une « parfaite collaboration entre les autorités monégasques et françaises », les deux dépositaires de la loi ont mené une conférence de presse sans tabous devant la presse locale et nationale. « En l'état actuel de nos informations, cinq personnes sont impliquées. Trois braqueurs, un chauffeur et un cinquième homme. Ce qui ne veut pas dire que dans les jours ou semaines qui viennent d'autres personnes ne vont pas être impliquées », a d'abord rappelé Jacques Dorémieux, avant d'expliquer son mutisme du week-end par la volonté d'interpeller le seul braqueur encore en cavale.

>> RELIRE. VIDEO. Ce qu'il faut retenir du braquage de la bijouterie Cartier à Monaco

"Potentiellement dangereux" et en fuite

"On peut penser raisonnablement qu'il n'est plus en Principauté. Nous pensions qu'il était caché à Monaco et nous espérions, jusqu'à ces dernières heures, être en capacité de l'interpeller (...) mais le dispositif de sécurité a été levé ce matin. On n'a pas encore de certitudes sur sa destination mais des pistes qui devraient se confirmer dans les prochains jours ou heures".

Âgé entre 20 et 25 ans "comme ses comparses", le suspect est "en cours d'identification" et "potentiellement dangereux", puisqu'il a été vu armé sur les vidéos de surveillance et que ce gros calibre n'a pas refait surface. Le malfaiteur pourrait également détenir quelques reliquats du casse dans ses poches.

Une infime partie du butin puisque les deux premières sacoches de bijoux avaient été abandonnées à la sortie de la boutique et que la troisième - et dernière - sacoche utilisée durant le braquage a été retrouvée grâce aux aveux du chauffeur, hier midi à Roquebrune, sur la route française séparant le Monte-Carlo Bay du Monte-Carlo Beach. Un magot - 35 pièces de joaillerie - qui dormait donc depuis plus de 24 heures dans un buisson situé non loin du lieu de son interpellation !

Ce même chauffeur "d'un véhicule volé", âgé de 21 ans et originaire de Vallauris, est un cuisinier de formation. Son domicile à Vallauris avait été perquisitionné dès samedi sur demande du parquet de Grasse. Il a été déféré, hier soir, devant le parquet de Nice. Une information judiciaire a été ouverte pour vol avec arme. Le suspect a admis les faits en garde à vue et un juge d'instruction l'a mis en examen en présence de son avocat, Me Lionel Ferlaud. Il a été incarcéré.

>>RELIRE. Braquage de Cartier à Monaco: l'équipe venait de Vallauris.

 

"À partir du moment où une personne est interpellée en France, en l'occurrence le chauffeur, nous sommes dans la nécessité de dénoncer les faits aux autorités françaises et donc ce chauffeur devrait être jugé en France", a tenu à préciser le procureur général de Monaco, Jacques Dorémieux.

Interpellé vêtu d'une veste de Père Noël !

Les deux braqueurs interpellés à Monaco ont, eux, été présentés hier après-midi à un juge d'instruction monégasque. Ils encourent une peine de 20 ans de réclusion pour vol à main armée. L'un avait été "cueilli" par les agents de la Sûreté publique dès sa sortie de la bijouterie Cartier ; l'autre, plus tard dans la soirée, alors qu'il avait trouvé refuge dans l'église anglicane de l'avenue de Grande-Bretagne.

Preuve de la préméditation du hold-up, des sacs avec des affaires de rechange avaient été dispersés dans Monaco. Et c'est d'ailleurs dans une veste de Père Noël que sera débusqué l'individu retranché dans l'église !

Un cinquième homme, "au rôle mal défini" et "frère du chauffeur" a été interpellé à un barrage routier à l'entrée de la principauté, à 22 h 25 samedi. "Il devait vraisemblablement exfiltrer le chauffeur".

Si le butin est toujours en cours d'estimation, il est d'ores et déjà évalué à "plusieurs millions d'euros » et l'enseigne Cartier pointée du doigt pour son dispositif de sécurité. Dans un accoutrement « qui n'est pas celui du client habituel", un premier braqueur aurait pu pénétrer sans opposition dans la boutique, avant que ses deux collègues ne lui emboîtent le pas. Tous vêtus de casquettes, écharpes et lunettes…

Quant à l'alerte, elle a été lancée par une "tierce personne" et "de l'extérieur". Autant d'éléments qui vont a contrario du dispositif anti-braquage mis en place depuis quelques années en principauté et qui permet, notamment, d'actionner un bouton d'alerte depuis l'intérieur des établissements attaqués.

"La maison Cartier obéit à un dispositif propre, a regretté Richard Marangoni. Dans le cadre des prochaines réunions de travail, ce dispositif va être mis à plat car force est de constater qu'il est moins performant que celui qu'on a pu mettre en place."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.