“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Véhicules : la solution de l'électrique ?

Mis à jour le 29/12/2011 à 23:52 Publié le 03/09/2011 à 11:00
Faire le plein en branchant sa voiture à une borne. C'est possible place du Palais... et bientôt dans d'autres espaces extérieurs de la Principauté.	(Photos Franck Fernandes)

Véhicules : la solution de l'électrique ?

Ils sont 601. 601 véhicules écologiques « propres » immatriculés en Principauté. Voitures, utilitaires et deux-roues cumulés qui représentent 1,70 % de la masse globale de véhicules circulant en Principauté.

Ils sont 601. 601 véhicules écologiques « propres » immatriculés en Principauté. Voitures, utilitaires et deux-roues cumulés qui représentent 1,70 % de la masse globale de véhicules circulant en Principauté.

Dans cette addition, des véhicules hybrides et des véhicules tout électriques. Précisément : 323.

Goutte d'eau ? Plus vraiment si l'on écoute Cyril Gomez à la tête de la direction de l'Environnement. « Aujourd'hui les véhicules électriques sont une réalité dans la communauté monégasque. Ce n'est plus un gadget. Le véhicule électrique est parfaitement adapté à Monaco et les nouveaux modèles grimpent sans problème les côtes. Sans compter que c'est un vrai plaisir pour la conduite et qu'il n'y a pas d'émission de pollution locale ».

400 prises pour des recharges gratuites

Atouts du territoire monégasque : petits trajets, courtes distances, autonomie d'une centaine de kilomètres… et possibilité de recharger ! Environ 400 prises sont disponibles pour des recharges gratuites dans les parkings publics. Et tout prochainement, deux bornes de recharges rapides seront mises à disposition des utilisateurs, gratuitement, pour faire le « plein » en 15 minutes.

Les stations déjà installées place des Moulins et rue Grimaldi sont en phase de rodage.

Autres faveurs pour les éléctro-automobilistes, la gratuité du stationnement dans la rue, la gratuité de l'estampille, une immatriculation marquée VE.

Et - le plus significatif - une aide gouvernementale (réservée aux Monégasques, résidents et entreprises) pour l'achat d'un véhicule d'environ 30 % du prix plafonné à 9 000 e.

Car le hic reste le peu de modèles et les prix élevés de ces véhicules propres. Environ 30 000 e par exemple pour une petite citadine comme la Mitsubishi i-MiEV. À ce problème, Cyril Gomez répond que « les acheteurs doivent résonner en coût global. Il n'y pas de vidange à faire sur ces voitures, moins de passages chez le garagiste et pas de plein d'essence. Le vrai frein, ce sont les infrastructures de recharge. Faire Monaco-Lille par exemple, cela paraît encore compliqué, mais les bornes se développent ». Premier parc électrique de la Principauté, celui du gouvernement avec 77 véhicules. « C'est une volonté du souverain, qui a marqué son engagement fort envers les véhicules électriques ».

Des partenariats ont été signés ces dernières années avec les constructeurs automobiles, notamment avec Renault-Nissan, Mitsubishi et Smart.

Un moteur pour favoriser l'achat de véhicules personnels tout-électrique. « Nous avons l'objectif ambitieux de voir un jour 20 % du parc automobile de la Principauté en véhicules écologiques. Nous sommes pour l'instant sur une tendance à la hausse. Le problème est celui de l'offre. Il est encore difficile de trouver des véhicules électriques à acheter. C'est un marché qui se lance avec de gros enjeux industriels ».

Renault, par exemple, met en avant pour sa Zoé électrique qui devrait sortir des chaînes en 2012, un coût de 1 e d'électricité pour faire 100 kilomètres.

Avec l'inflation du prix de l'essence, le ratio risque de faire réfléchir les automobilistes. À Monaco comme ailleurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct