“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Usine d'incinération à Monaco: "Aucune piste écartée"

Mis à jour le 03/01/2012 à 00:33 Publié le 27/12/2011 à 07:03
Reconstruire ou délocaliser ? Le débat est lancé.

Reconstruire ou délocaliser ? Le débat est lancé. Eric Dulière

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Usine d'incinération à Monaco: "Aucune piste écartée"

L’établissement de Fontvieille va devoir s’adapter aux normes qui entreront en vigueur dans les prochaines années. Deux solutions possibles : la reconstruction in situ ou la délocalisation

L’établissement de Fontvieille va devoir s’adapter aux normes qui entreront en vigueur dans les prochaines années. Deux solutions possibles : la reconstruction in situ ou la délocalisation

Le durcissement des normes en matière environnementale dans les années à venir oblige à mener une réflexion sur l'usine d'incinération située depuis une trentaine d'années au cœur de Fontvieille. Deux solutions sont possibles : la reconstruction sur site ou la délocalisation, nécessairement en dehors des frontières de la Principauté, faute de place.

Lors de l'examen du projet de budget primitif 2012, le président du Conseil national Jean-François Robillon a questionné le gouvernement sur le sujet. «Lors du dernier budget rectificatif, vous nous aviez dit que toutes les solutions restaient à l'étude. Or, le gouvernement a soumis à la commission consultative des marchés de l'Etat une consultation pour un contrat d'assistance à la maîtrise d'ouvrage.»

Souveraineté ou gain de place ?

Le point d'achoppement tient en ce que l'objet du contrat est l'étude de la faisabilité technique d'une restructuration de l'actuelle usine et la recherche d'un candidat pour une reconstructionin situ. L'élu a donc demandé si la piste de l'externalisation était définitivement écartée.

Michel Roger, le ministre d'État, a clairement répondu : « Le gouvernement recherche toutes les solutions. Je me suis d'ailleurs rapproché des élus du département pour voir s'il existait une possibilité de collaboration. »

Concernant la reconstruction in situ, elle a l'avantage d'assurer la souveraineté de Monaco. Si les déchets sont envoyés pour être traités en France, subsiste un risque de grève, de paralysie des transports, etc. Le pays devient ainsi dépendant des structures hexagonales. Par ailleurs, l'usine d'incinération fournit le chaud et le froid dans le quartier de Fontvieille. Si elle disparaît, il sera nécessaire d'opter pour des énergies alternatives, le gaz naturel ou l'électricité.

Une mutualisation dans le Sud-Est ?

La délocalisation est synonyme de gain de place. Mais selon Christophe Spiliotis-Saquet, « cela implique aussi de construire une plate-forme de décharge, tri, traitement. On ne gagnera donc pas tant d'espace que cela. » Autre souci, on ignore encore si les normes qui seront imposées à l'avenir permettront de garder une usine d'incinération dans une ville. « Le gouvernement doit étudier la mutualisation des déchets du Sud-Est de la France. On peut avoir des éléments à l'été », a annoncé Michel Roger.

Car aussi bien la délocalisation de l'usine de Fontvieille que la mise en commun du traitement des ordures dans toute la région pose toujours le problème du lieu. Peu d'habitants sont enclins à accepter sans sourciller, la construction d'une telle infrastructure. Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement pour l'équipement, l'environnement et l'urbanisme, a précisé : « Le ministre d'Etat s'est rapproché de la France mais en attendant et si la réponse est négative, nous devons avancer sur la faisabilité de la requalification de l'usine. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.