“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Union Monégasque - Jean-François Robillon: "Monaco n'est pas un bunker"

Mis à jour le 28/11/2012 à 16:04 Publié le 28/11/2012 à 07:00
Jean-François Robillon, leader d'Union Monégasque.

Jean-François Robillon, leader d'Union Monégasque. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Union Monégasque - Jean-François Robillon: "Monaco n'est pas un bunker"

A moins de trois mois des élections nationales, le leader d'Union Monégasque - Jean-François Robillon - dévoile les grandes lignes de son programme politique. Et il réaffirme d'emblée sa fidélité et sa fierté au système institutionnel.

A moins de trois mois des élections nationales, le leader d'Union Monégasque - Jean-François Robillon - dévoile les grandes lignes de son programme politique. Et il réaffirme d'emblée sa fidélité et sa fierté au système institutionnel.

Voilà c'est dit, redit et reredit. Un préambule qui semble nécessaire pour ensuite évoquer le logement des Monégasques et des Enfants du pays, l'embauche des jeunes nationaux, la qualité de vie, l'économie orientée vers les nouvelles technologies, l'avenir de l'usine d'incinération, la SBM.

Dans quel état d'esprit abordez-vous la campagne ?

Je voudrais qu'on sorte des discours qui mobilisent les peurs. C'est une position qui rétrécit. Les Monégasques ne sont pas seuls dans un enclos. Ce n'est pas en se claquemurant chez nous que nous allons développer le pays. Chez nos opposants, c'est plus qu'un réflexe ; c'est une attitude. Monaco est né grâce à son ouverture.

Et son identité subsiste grâce à ses spécificités ?

On veut défendre la maison Monaco. Soyons fiers de son assise. On a un système institutionnel qui est stable et qui fonctionne. La "Maison Monaco" est accueillante. Ce n'est pas un bunker. Elle est à la fois dans l'unité et ouverte au monde. Soyons ambitieux pour demain. Notre projet pour Monaco, c'est l'image de la maison Monaco autour de trois pierres angulaires : fierté, unité, ambition.

Avec ces métaphores liées à la construction, évoquons le logement…

Le gouvernement nous dit que nous ne sommes plus en pénurie. Nous considérons qu'il faut continuer l'effort pour permettre la rénovation du parc domanial (je pense à l'Herculis, le Bel Air ou les Caroubiers) et ainsi créer des surfaces. Alors que le rythme des constructions a été de 100 nouveaux appartements par an, il faudrait encore créer 50 à 60 logements neufs chaque année. Car le besoin continue en raison de l'évolution de la société (divorces, familles recomposées).

Outre la rénovation, il va falloir élever de nouveaux immeubles…

Nous allons demander des constructions au-delà de 2014. Ce sera le cas avec le programme Testimonio 2 (environ cent logements domaniaux au-dessus du Monte-Carlo Bay). Je souhaiterais que nous réservions une partie de l'Annonciade 2, que nous récupérions l'assise foncière de l'école des Franciscains (à FANB, avenue de Roqueville).

Certains foyers se réduisent à une ou deux personnes alors que leur appartement répond aux besoins d'une famille avec enfant(s).

Il faut effectivement favoriser la fluidité du parc domanial par un système de prime ou aide. Pourquoi aujourd'hui un couple serait prêt à échanger son 4-pièces contre un 2-pièces alors qu'il paierait plus cher son nouveau logement ?

Quel avenir pour les Enfants du pays ?

Il y a le projet de la villa Ida. C'est vrai que j'aurais aimé une opération plus globale qui lie opération d'État, promoteur et petits propriétaires autour de cette villa, dans le cadre d'un remembrement. Mais de telles opérations pourraient également être réalisées à la Crémaillère.

Dans un autre registre, vous souhaitez améliorer l'orientation des jeunes.

Nous n'avons aucun élément nous permettant d'évaluer les besoins dans les prochaines années dans la fonction publique. Il faudrait avoir une idée claire des spécialités et du nombre de postes qui pourraient être à pourvoir. Nous savons par exemple qu'il existe une carence en juristes monégasques. Nous voulons optimiser l'embauche pour absorber toute la population de jeunes monégasques. Il faut que les jeunes se forment à l'étranger mais je ne peux pas leur dire d'aller faire carrière ailleurs. On doit proposer le maximum de solutions.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.