Rubriques




Se connecter à

Une tombe profanée en plein confinement à Beausoleil

La plaque scellant la sépulture d’une Beausoleilloise récemment inhumée a disparu. « Sous le choc », la famille de la défunte soupçonne une vengeance personnelle

Thomas MICHEL tmichel@nicematin.fr Publié le 16/04/2020 à 20:48, mis à jour le 16/04/2020 à 20:55
Déjà perturbé par les mesures sanitaires, le deuil de la famille est "abominable".  Photo illustration Jean-François Ottonello

Du jamais vu. Ni la police locale, ni les services de la Ville, ni même les pompes funèbres n’avaient jamais été témoins d’un acte si abject et d’un pareil mystère.

Qui a donc bien pu "voler" la plaque fraîchement scellée de la sépulture de Régine, une Beausoleilloise décédée le 13 mars dernier, à l’âge de 88 ans ?

Lundi dernier, alors qu’ils nettoient les allées du cimetière de Beausoleil, des agents des services techniques de la Ville constatent qu’un cercueil est exposé à la vue de tous.

La plaque censée sceller le tiroir de la sépulture a disparu, laissant un trou béant. Au sol, aucune trace de bris de ciment. Le couvercle de la concession, pourtant au 3e étage et accessible uniquement avec une échelle, a littéralement disparu!

 

Un "acte de vandalisme" selon la famille; alors que les services de l’état civil de Beausoleil et la police municipale concèdent que "l’implication d’une personne semble ne faire aucun doute".

Retour en arrière.

"J’ai dû faire intervenir un médecin"

Le 20 mars dernier, en plein confinement, la famille de Régine se retrouvait en tout petit comité lors de ses obsèques au cimetière de Beausoleil.

Comme des milliers de Français confrontés au deuil en ce moment, les proches rassemblés vivaient une cérémonie "abominable", puisque dans le respect de mesures sanitaires drastiques.

 

"Nous étions très très peu, certains ont même dû rester à l’écart, dans leurs voitures", se souvient émue Gabrielle, fille de la défunte.

La fin de la cérémonie est marquée par la pose d’une plaque en fibre de ciment pour fermer le tiroir accueillant le cercueil.

À défaut de marbrier disponible en cette période de confinement, l’ajout d’une plaque de marbre décorative et son épitaphe est reporté.

La période de deuil est bouleversée lundi dernier par un appel du service de l’état civil de Beausoleil à la sœur de Gabrielle, l’informant que la plaque a disparu. Confinée à Nice et en situation de handicap, Gabrielle ne peut se rendre sur place.

"J’étais en état de choc, au plus mal, j’ai dû faire intervenir un médecin. Quand des actes de vandalisme sont commis dans un cimetière plusieurs tombes sont profanées mais, là, c’est ciblé. Et ils m’ont dit qu’ils allaient mettre une plaque en bois provisoire. C’est horrible…"

 

Finalement, la Maison Roblot est rapidement intervenue pour remettre une plaque de ciment et masqué la vue du cercueil.

"Ça ne restera pas impuni!"

La famille, elle, ne compte pas en rester là. Gabrielle a d’abord tenté de déposer plainte à Nice mais ce type d’affaire n’étant pas prioritaire dans l’état d’urgence actuel, elle a donc été invitée à réitérer sa demande en sortie de confinement.

Gabrielle a ensuite contacté la police municipale de Beausoleil, qui dans le cadre d’un partenariat avec la police nationale dispose quotidiennement du soutien d’un officier de police judiciaire apte à recueillir les plaintes, mais rebelote. Du fait de l’état d’urgence, ce dernier est mobilisé ailleurs.

Seule la main courante de la police municipale a donc gardé trace de cette affaire. Sur place, les agents restent pantois face à cette situation unique.

Problèmes: le cimetière est ouvert jour et nuit, il n’y a pas de caméras de surveillance et le gardien n’est présent que pendant les cérémonies. Reste la possibilité de témoins.

 

"Ça ne restera pas impuni!", promet Gabrielle, qui retournera porter plainte dès que les services de police reprendront une activité normale. "Je dirai ce que j’ai à dire. Dans la famille nous sommes plusieurs à avoir une idée bien précise de qui aurait pu faire ça."

Quant à la Ville de Beausoleil, elle se réserve le droit de porter plainte également si une enquête est diligentée sur saisine de la famille.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.