“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une femme handicapée meurt, sans doute attaquée par ses deux rottweilers, dans le Tarn

Mis à jour le 27/01/2021 à 17:24 Publié le 27/01/2021 à 16:55
Illustration un chien de race rottweiler.

Illustration un chien de race rottweiler. Photo Pixabay

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Une femme handicapée meurt, sans doute attaquée par ses deux rottweilers, dans le Tarn

Sandra Vicente, adjointe au maire de Sénouillac, a été retrouvée morte par son compagnon. Les deux chiens, présents à côté de la dépouille, avaient la gueule ensanglantée.

Le compagnon de cette femme qui, handicapée, se déplaçait en fauteuil roulant, l'a retrouvée dans le jardin avec les deux chiens qui avaient la gueule ensanglantée, a indiqué à l'AFP le substitut du procureur d'Albi Frédéric Cousin. Son corps présentait des traces de morsures et ses vêtements étaient en partie déchiquetés, a-t-il précisé.

L'enquête des gendarmes doit notamment déterminer si ce sont les morsures des chiens qui ont provoqué sa mort, ou si elle a pu avoir un accident cardiaque ou un malaise, avant d'être mordue par ces chiens, jugés dangereux et dont la détention est réglementée.

Les deux rottweilers ont été amenés chez un vétérinaire afin d'éviter de mettre en danger d'autres personnes. Le compagnon de la femme décédée a fait part au substitut du procureur de son intention de les euthanasier.

La municipalité de Sénouillac, où la jeune femme était employée, a indiqué sur Facebook que "les élus et l'ensemble du personnel s'associent à la douleur de sa famille".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.