Une cargaison illégale de 140.000 masques saisie en Seine-Saint-Denis

La police a réalisé une saisie record de 140.000 masques samedi 25 avril dans un quartier pavillonnaire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), où deux hommes entreposaient leur cargaison illégale en provenance des Pays-Bas, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

AFP Publié le 26/04/2020 à 16:49, mis à jour le 26/04/2020 à 16:49
Masque FFP2 AFP/Archives / FRANCK FIFE

Les deux individus ont été interpellés vers 18h alors qu'ils étaient "en train de décharger plusieurs cartons pour les entreposer dans un pavillon", a indiqué une source policière.

Une enquête a été ouverte pour "travail dissimulé, détention de marchandise contrefaite et pratique commerciale trompeuse", a annoncé à l'AFP le parquet de Bobigny. Elle a été confiée à la sûreté territoriale.

Les deux hommes, âgés de 60 et 46 ans, ont été placés en garde à vue, a précisé cette source.

revendre dans le BTP

L'un d'eux s'est présenté comme un "chef d'entreprise dans le bâtiment", expliquant avoir acheté ces masques, dont environ 5.000 sont des FFP2, aux Pays-Bas pour une valeur totale de 80.000 euros, selon une source policière.

L'objectif était de les revendre à "des connaissances", ouvriers de chantier dans le BTP, avec de "gros bénéfices" à la clé, a-t-elle ajouté.

 

saisie la plus importante

Il s'agit de la plus importante saisie de masques de protection depuis l'interdiction de leur revente prise par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

En mars, 32.500 masques en provenance de Chine avaient été saisis dans un entrepôt à Saint-Ouen et 28.800 masques avaient été découverts dans une boutique dans le quartier des grossistes chinois à Aubervilliers.

Dans les deux cas, les stocks récupérés par la police ont été remis à l'Agence régionale de santé (ARS).

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.