“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une boutique de cannabis light aux vertus apaisantes ?

Mis à jour le 19/12/2019 à 10:21 Publié le 19/12/2019 à 10:20
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une boutique de cannabis light aux vertus apaisantes ?

Depuis octobre, la boutique CBD Shop France propose des articles à base de cannabidiol. Si le gérant ne vante pas un discours médical, ces produits relaxeraient les personnes malades et anxieuses

Une boutique sobre aux murs vert pomme, nichée au bout de la rue Pasteur, à deux pas de la frontière avec Monaco. À l’intérieur, la décoration est sommaire : un bureau, un drapeau de feu Bob Marley, une grille tarifaire des produits vendus. Et, sur un pan de mur, des textes de loi scotchés. Car sur le comptoir de CBD Shop France, ouvert depuis le 24 octobre à Beausoleil, sont vendus des articles un peu particuliers... Alors, le gérant des lieux veut la jouer réglo en attestant qu’il demeure dans les clous. Des herbes à infuser (10 à 15e le gramme, selon la variété et la plantation), des huiles essentielles, du e-liquide pour les cigarettes électroniques, des sucettes à base de... CBD. Comprendre le cannabidiol, une molécule de chanvre contenue dans la plante de... cannabis. Une substance à effets non psychoactifs. Au contraire du THC (1), inscrit sur la liste des stupéfiants, qui procure cette sensation de « défonce ». « Le THC va troubler l’état du système nerveux et va jouer sur la vue, l’ouïe, le comportement. Le CBD, non, tranche Laurent Jacquot, gérant de la boutique. Nos produits CBD sont importés de Suisse, Autriche et Italie et possèdent un taux de THC inférieur à 0,2 %. » La teneur maximum légale en France. En revanche, le flou juridique est total sur le CBD qui n’apparaît dans aucun texte de loi. Ni interdit, ni autorisé, serait-on tenté de caricaturer, même si une note de la MIDELCA (2), datant de juin 2018, ne l’autorise pas.

« Beaucoup de clients malades ou anxieux »

Toujours est-il que bon nombre de clients poussent la porte de ce genre de coffee shop. « Les mineurs y sont bien entendu interdits, clarifie Laurent Jacquot. La clientèle est mixte : de 30 à 90 ans. On a beaucoup de gens qui sont malades ou anxieux. »

Car - avec cette réserve qu’il n’existe pas à ce jour de consensus scientifique sur la question - les produits à base de CBD sont loués pour leurs vertus relaxantes. Pour certains patients atteints de graves maladies, ils seraient même une alternative sérieuse aux médicaments. Avec une atténuation de la douleur à la clef. Mais le discours du patron de la chaîne CBD SHOP, Franckie (3), se veut légèrement différent. « Nos produits ne sont pas à destination thérapeutique car nous ne sommes ni pharmaciens, ni médecins. On est sur un créneau bien-être », affirme-t-il. Une sémantique bien huilée. Car pour les revendeurs de produits contenant du CBD, il est interdit de vanter une quelconque vertu médicale ou effet thérapeutique, sous peine de s’exposer à des sanctions pénales.

Un sujet sensible

En France, le sujet est donc sensible ; c’est pourquoi, à leurs balbutiements, beaucoup de ces coffee shop ont été contrôlés voire fermés. Un assouplissement général a ensuite été constaté, notamment dû au contexte de l’expérimentation du cannabis thérapeutique en France, autorisée le 25 octobre dernier par les députés de l’Assemblée nationale (lire ci-dessous). Seules les conclusions de cette expérimentation de deux ans donneront une idée claire (et scientifique) sur le sujet.

AFP

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.