“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un triple meurtre à Londres résonne à Cagnes-sur-Mer

Mis à jour le 08/01/2016 à 05:15 Publié le 08/01/2016 à 05:15
Réputée pour son rôle dans la série télé EastEnders diffusée sur la BBC, Sian Blake était une actrice populaire atteinte d'une maladie neurodégénérative. Ses deux enfants avaient 4 et 8 ans.

Un triple meurtre à Londres résonne à Cagnes-sur-Mer

Recherché par Interpol, Arthur Simpson-Kent est soupçonné d'avoir étranglé, et enterré dans leur jardin, sa femme et ses deux enfants. Son ex-épouse cagnoise dépeint un obscur personnage

L'affaire émeut le Royaume-Uni et passionne les tabloïds. Portés disparus depuis le 13 décembre, l'actrice Sian Blake, ancienne star du feuilleton populaire EastEnders, et ses deux fils Zachary (8 ans) et Amon (4 ans), ont été déclarés morts avant-hier.

En début de semaine, trois corps avaient été déterrés du jardin familial à Londres. Après autopsie, Scotland Yard a confirmé leur identité et évoqué un décès consécutif, d'après les premiers éléments de l'enquête, à des strangulations. En fuite, le mari de Sian Blake et père des deux enfants, Arthur Simpson-Kent, a été élevé au rang de suspect n° 1 et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Âgé de 48 ans, le bourreau présumé a été aperçu pour la dernière fois par des voisins le 14 décembre alors qu'il quittait le domicile conjugal bagages à la main. D'après quelques médias britanniques, il aurait été contacté par téléphone par la police le 16 décembre avant de se volatiliser.

Une mère courage

Selon nos confrères du Daily mirror, contactés hier, il aurait transité par Amsterdam (Pays-Bas) avant de passer entre les mailles du filet et de rejoindre le Ghana. Une piste plausible selon son ex-femme (1999-2008), Dominique Deblieux, mère d'un de ses huit enfants avec qui il résida à Cagnes-sur-Mer entre 2000 et 2004 (lire ci-dessous) : « Il est né et a grandi au Ghana jusqu'à ses 8 ans et il m'a toujours dit qu'il voulait repartir là-bas. »

Si les raisons d'un tel acte restent à élucider, Arthur Simpson-Kent traîne une réputation d'homme « violent et froid » à l'idéologie nauséabonde. Certains de ses voisins évoquent un homme loin d'être tendre avec ses enfants.

Au contraire de Sian Blake qui jouissait d'une image de mère modèle au Royaume-Uni où, malgré la maladie, elle continuait à tourner et était devenue professeur de langue des signes.

Un suspect en cavale, une victime populaire et malade, deux enfants froidement assassinés… un « cocktail » digne d'un scénario hollywoodien qui tient en haleine les Anglo-Saxons et résonne sur la Côte d'Azur où Arthur Simpson-Kent avait notamment travaillé comme videur au Stars'N'Bars de Monaco.

Dominique Deblieux : « J’ai envie de vomir! »

Image trompeuse d’Arthur Simpson-Kent tendre avec l’un de ses huit enfants retrouvé mort en ce début de semaine.
Image trompeuse d’Arthur Simpson-Kent tendre avec l’un de ses huit enfants retrouvé mort en ce début de semaine. (Photo EPA/MaxPPP et London metropolitan police)

En 2007, Arthur Simpson-Kent rencontrera une dernière fois sa fille à Londres, à sa demande. Et l’année dernière, Dominique a appris qu’il avait eu un enfant en 1998, pendant leur relation… Entre-temps, elle avait refait sa vie sans imaginer qu’un tel drame se jouerait à Londres. « Il parait qu’ils auraient été étranglés à mains nues!Je n’arrive même pas à le concevoir, j’ai envie de vomir! Ça me terrifie! »
Persuadé qu’il n’osera plus prendre contact, Dominique Deblieux conclue : « J’espère que ça va se finir rapidement et surtout qu’on laisse ma fille en dehors de ça.Je n’ai pas envie d’être tristement connue à Cagnes alors que j’adore cette ville. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct