“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un précieux Phénix, les voitures de Maria Callas... Monaco a lancé sa vente aux enchères estivale

Mis à jour le 20/07/2015 à 09:16 Publié le 20/07/2015 à 08:25
Parmi les pièces maîtresses présentées par l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo, ce sautoir impressionnant signé par la maison Dior et estimé entre 120 000 et 150 000 euros.

Parmi les pièces maîtresses présentées par l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo, ce sautoir impressionnant signé par la maison Dior et estimé entre 120 000 et 150 000 euros. Michael Alesi

Un précieux Phénix, les voitures de Maria Callas... Monaco a lancé sa vente aux enchères estivale

La vente aux enchères estivale de Monaco a donné le coup d'envoi ce dimanche. Dix-huit vacations sont prévues en une semaine pour disperser bijoux, voitures de collection, œuvres d’art, montres et maroquinerie.

La vente aux enchères estivale de Monaco a donné le coup d'envoi ce dimanche. Dix-huit vacations sont prévues en une semaine pour disperser bijoux, voitures de collection, œuvres d’art, montres et maroquinerie.

Il y en a pour qui l'été à Monte-Carlo, c'est la plage, le soleil et les soirées. D'autres préfèrent les salons feutrés et climatisés des salles de ventes.

Le rendez-vous est un classique de la saison monégasque : une semaine de ventes aux enchères catégorie luxe. Cette année, pas moins de dix-huit vacations ont été mises aux enchères depuis hier, dimanche 19 juillet et pour une semaine.

Onze au total à l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo (HVMC), sept pour la maison Artcurial installée à l'hôtel Hermitage. Le tout pour disperser des milliers de lots de bijoux, montres, maroquinerie, œuvres d'art et objets précieux à une clientèle qui répond présent.

Les voitures de Maria Callas

Si la maison Tajan a, cette année, fait le choix de ne pas se présenter, la maison parisienne Artcurial, elle, fête son dixième anniversaire en Principauté.

"Notre activité annuelle passe par ce rendez-vous estival. Monaco plaît aux vendeurs autant qu'aux acheteurs, dont beaucoup viennent passer quelques jours en Principauté à l'occasion de ces ventes", commente François Tajan, coprésident d'Artcurial.

>>RELIRE.

Monaco sera d'ailleurs "un écrin parfait" pour la vente, ce lundi à 17 heures, d'une collection de voitures anciennes dont deux Mercedes 600 ayant appartenu à Maria Callas, l'une des icônes de la légende de Monaco.

L'Hôtel des ventes de Monte-Carlo (HVMC), le régional de l'étape depuis 2012, organisera pour sa part la vente d'une cinquantaine de voitures de collection et de prestige, le 23 juillet à 11 heures sur le quai du Yacht-club.

L'occasion de créer l'événement, comme le rappelle Franck Baille à la tête de HVMC: "Pour nous, c'est un tour de force. Nous sommes montés en puissance et nous avons choisi d'accroître les rendez-vous estivaux, qui sont le moment où il y a la plus grande densité de clients."

Un phénix pavé de pierres précieuses

Comme dans un grand magasin, il y a du choix dans les vitrines de l'établissement du quai Antoine-Ier. Le plus impressionnant ?

Un collier flamboyant et unique signé Dior, en or jaune, représentant un phénix aux plumes de diamants, aigues-marines, de saphirs roses et jaunes. Estimation : entre 120.000 et 150.000 euros.

"La plupart sont, en prix de départ, au quart du tarif pratiqué dans un magasin. C'est assez rare", commente l'experte Chantal Beauvois, détaillant rubis, saphir et rivières de diamants qui composent les 700 lots mis aux enchères.

"Cette année, poursuit-elle, nous avons une centaine de bijoux Art déco qui intéressent beaucoup d'amateurs. Mais aussi des bijoux signés des années 80, qui n'ont pas encore une cote très haute, donc intéressants pour les collectionneurs."

Dans les vitrines, on croise aussi "l'un des sacs les plus chers au monde", un modèle de Chanel dont il n'existe que 13 exemplaires, en alligator blanc, pavé d'or blanc et de diamants. Estimation : entre 55.000 et 65.000 euros.

De quoi attirer une clientèle friande de maroquinerie. La vente de sacs Hermès vintage, orchestrée par Artcurial le 22 juillet, est d'ailleurs l'un des moments des plus attendus.

"Nous avons, cette année, plusieurs clients chinois qui seront présents", note François Tajan. Franck Baille, lui, mise sur la clientèle russe avec une vente (23 juillet) de 235 pièces d'art russe, dont beaucoup de souvenirs de la famille impériale, très recherchés. De quoi se laisser aller à quelques folies…

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct