“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un parcours d'artistes sur la rue Caroline

Mis à jour le 03/07/2015 à 08:52 Publié le 03/07/2015 à 08:49
Les artistes étaient présents hier soir au vernissage en présence des conseillers communaux André Campana et Jacques Pastor qui entourent Hélène Krajewicz, présidente de l'association Artistes en mouvement.

Un parcours d'artistes sur la rue Caroline

Une exposition à ciel ouvert déclinée sur le thème « RoUgE » et organisée par les commerçants de la Condamine et l’association Artistes en Mouvement s’est invitée sur la voie jusqu’au 15 août

Une exposition à ciel ouvert déclinée sur le thème "RoUgE" et organisée par les commerçants de la Condamine et l’association Artistes en Mouvement s’est invitée sur la voie jusqu’au 15 août

Impossible de ne pas remarquer le drôle de manège qui se trame sur la rue Princesse-Caroline. Même le plus tête-en-l'air des promeneurs aura vu que la voie a subi des modifications. Des artistes se sont carrément emparés des lieux. Ont joué avec pour mieux exposer leurs œuvres.

L'événement a été orchestré par l'association Artistes en Mouvement de Monaco que préside Hélène Krajewicz en partenariat avec le GIE Groupement d'intérêt économique espace commercial de la Condamine que pilote Souad Girardi.

Objectif : dynamiser le quartier, d'une part en proposant une animation pour le public, mais aussi faire connaître le travail de la vingtaine de sculpteurs venus de la région, de Paris, Valence, Lyon ou encore d'Ialie, de Pologne et d'Allemagne.

Ils s'étaient d'ailleurs rassemblés aux côtés des commerçants, mercredi, pour le vernissage en compagnie, notamment, des représentants de la mairie de Monaco les conseillers communaux Jacques Pastor et André Campana.

Jusqu'au 15 août, les passants pourront donc croiser un cœur, un homme qui marche, une femme qui écrit ou encore un animal. Mais tous auront en commun d'être rouges. Ou presque. Car c'est le thème qui a été choisi.

"Au départ, je voulais une thématique en relation avec ce qu'il se passe dans le monde en ce moment. Le rouge semblait indiqué puisqu'il renvoie à une notion d'alerte. Il exprime beaucoup d'idées, de symboles", explique Hélène Krajewicz.

Hésitation, violence, détente…

Cette dernière a d'ailleurs signé deux œuvres. La première, Chaos est faite en briques rouges et représente l'idée que l'homme peut aussi bien construire que détruite.

La deuxième, positionnée à côté de la fontaine dans le bas de la rue, est un mobile aérien. Cette fois il renvoie à l'idée de liberté. Un homme s'envole au-dessus de la terre qu'il faut sauver.

Juste à côté figure une sculpture de Cyril Mendjisky, Grand LOVE rouge qui symbolise un cœur fait de boulons comme s'il voulait redonner vie à la matière et permettre aux gens de se connecter les uns aux autres.

Parmi les nombreuses pièces exposées, Bernard Taride propose son Hésitation. Un ensemble de flèches (rouges) allant dans tous les sens sur un miroir.

"Comme son nom l'indique, l'idée que je développe ici est celle de l'hésitation. Nous y sommes confrontés tous les jours. En regardant l'œuvre, le spectateur s'y voit. A lui donc de trouver ses propres réponses."

Dans un autre style Daniel Fourmy montre à voir une tête de cheval. Mais cette fois, elle n'est pas peinte. "Elle s'intitulePur-Sang. Je n'ai pas voulu travailler le rouge visuel mais j'ai cherché ce que cela m'inspirait."

Edith Convert va, elle, dans une autre direction. Là où ça fait mal est une femme nue sculptée dans le métal. "Elle représente une personne qui vient d'être violée. J'ai voulu dénoncer la violence comme arme de guerre".

Dans un style beaucoup plus pacifique, le connectif KKF / Keskon Fabrique a installé rue Caroline son Giacomettong. Un immense homme qui marche à la manière de ceux de Giacometti… mais vêtu d'un maillot de football aux couleurs de l'ASM coiffé d'un bob, tongs aux pieds.

L'exposition rassemble une vingtaine d'œuvres qui donnent toutes à réfléchir. Des explications aiguillent cependant les observateurs. De quoi s'offrir une balade artistique à la Condamine.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct