“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un « package » pour attirerles jeunes entrepreneurs

Mis à jour le 30/12/2011 à 15:23 Publié le 27/09/2011 à 07:19
Le ministre d'État Michel Roger, entouré du conseiller de gouvernement pour les Finances et l'économie Marco Piccinini et la présidente de la JCEM Marina Mazza, a annoncé cette nouvelle mesure d'aide aux jeunes entrepreneurs.	Photos Franz Chavaroche

Un « package » pour attirerles jeunes entrepreneurs

Bonne nouvelle pour les jeunes entrepreneurs ! Une mesure vient d'être adoptée qui devrait favoriser leur installation professionnelle en Principauté, le « package jeune entrepreneur ».

Bonne nouvelle pour les jeunes entrepreneurs ! Une mesure vient d'être adoptée qui devrait favoriser leur installation professionnelle en Principauté, le « package jeune entrepreneur ». C'est ce qu'ont annoncé conjointement hier matin, le gouvernement princier et la Jeune chambre économique de Monaco (JCEM). Inaugurant la présentation, le ministre d'État Michel Roger a salué cette initiative de la JCEM. « Cette innovation s'inscrit dans une série de mesures qui ont été mises en œuvre pour renforcer l'attractivité depuis un an », a-t-il indiqué. Citant la création du Monaco business office, de l'IMSEE ou la simplification des démarches administratives pour les potentiels chefs d'entreprises à Monaco, le ministre d'État a affirmé sa volonté de maintenir « cette politique d'attractivité qui a produit des résultats concrets ». Une perspective défendue par Marina Mazza, présidente de la JCE et Tony Guillemot, vice-président, qui ont détaillé le contenu du « package jeune entrepreneur ». Dans le droit fil des actions menées par le JCEM, il concentre toutes les mesures d'accompagnement administratives, techniques et financières déployées jusque-là, mais aussi quelques nouveautés.

Mise en place de chéquiers conseils

Outre les tables rondes annuelles, les formations, les parrainages et le concours de création d'entreprise (1), les jeunes pourront désormais compter sur des chéquiers conseils. Soit des bons de prise en charge à faire valoir auprès des prestataires sélectionnés et référencés par le JCEM. Les études nécessaires au moment de la création d'entreprise seront alors plus accessibles : comptabilité, marketing, fiscalité… Les professionnels partenaires sont, eux aussi, invités à « faire un effort » sur leurs tarifs horaires, « pour l'intérêt de la Principauté ».

D'ici au 31 décembre 2011, le gouvernement princier consent à soutenir 5 dossiers par une aide de 3 000 e chacun. L'an prochain, 12 projets seront encouragés. « Nous cherchons des actions efficaces, qui ont un intérêt et un retour sur investissements réels pour Monaco », a souligné Tony Guillemot.

Marco Piccinini, conseiller de gouvernement pour les Finances et l'économie, a, lui, vanté l'ouverture. « Nous nous adressons à de jeunes entrepreneurs qui verront le jour où 50 % du PNB mondial basculera du monde occidental vers les pays émergents et l'Asie. Il faut l'intégrer dans nos réflexions. Car Monaco ne pourra rester à l'écart de ce mouvement ».

Rappelant l'importance des racines monégasques, le conseiller a invité les dirigeants de demain à « explorer de nouveaux territoires ». « Nous apprécions également les entreprises qui regardent au-delà des frontières de Monaco ou de l'Europe. C'est mon vœu d'encouragement. N'ayez pas peur. Nous serons à l'écoute pour trouver des solutions créatives et prometteuses ».

(1) : Pour rappel, la date limite de dépôt de dossiers pour le concours de création d'entreprise 2 011 est fixée au vendredi 30 septembre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct