“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un Niçois cogne son DRH à Monaco: 15 jours de prison ferme

Mis à jour le 23/10/2017 à 19:25 Publié le 23/10/2017 à 19:22
Ce télévendeur niçois de 23 ans a frappé au visage le directeur des ressources humaines de la société monégasque qui l’employait.

Ce télévendeur niçois de 23 ans a frappé au visage le directeur des ressources humaines de la société monégasque qui l’employait. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un Niçois cogne son DRH à Monaco: 15 jours de prison ferme

Troubles du comportement? Agressivité passagère ? Suprématie de macho ? Impossible de définir précisément les raisons de l’explosion de colère d’un télévendeur qui a comparu devant le tribunal correctionnel pour des violences au sein d’une société de vente par téléphone de la Principauté.

Ce Niçois de 23 ans était absent à l’audience. Déjà licencié pour faute grave, l’irascibilité de l’individu aggravera ses ennuis puisqu’il vient d’écoper d’une peine de quinze jours de prison ferme.

DEUX COUPS DE POING AU VISAGE

Auparavant, le jeune homme avait déjà posé problème dans l’entreprise. Mais le 20 juin dernier, il dépasse les bornes en s’en prenant physiquement à une personne. Il arrache d’abord le portable d’une fille, croyant qu’elle le filmait. Le directeur des ressources humaines arrive au même moment. C’est la goutte d’eau…

Il commence par tenir la demoiselle pour responsable de son manque de contrôle, ce qui agace son supérieur. Le DRH en profite pour évoquer les nombreux retards et absences injustifiés. Les conséquences sont sans appel: le télévendeur est invité à prendre ses affaires.

Cette éviction va amplifier sa rage. L’employé se dirige vers le bureau du DRH qui est alors au téléphone. Il lui assène un coup de poing en pleine figure. Le directeur, tombe au sol, se relève et prend un second taquet. Des membres du personnel, attirés par le bruit, viennent les séparer.

Résultat de la rixe: un premier certificat médical mentionne un arrêt de travail de 7 jours. Un second fera état de 35 jours d’ITT.

"DEVANT PAREIL CLIMAT DE VIOLENCE, IL FAUT ÊTRE INTRANSIGEANT"

"Le prévenu, poursuit le président Florestan Bellinzona, aura des difficultés à admettre ses torts. Il a aussi tendance à rejeter la responsabilité de ses actes sur le directeur. Il lui fait porter le blâme de ses accès de colère en évoquant une moquerie ressentie en compagnie d’une autre personne. Si son casier est vierge à Monaco, en France l’individu a deux mentions pour vol avec violence et stupéfiants."

Il n’y a aucun doute sur l’attitude du mis en cause pour le procureur Cyrielle Colle: "Les quatre témoignages, les certificats médicaux pour des cervicalgies, traumatisme frontal… Tous les éléments sont réunis et les faits caractérisés. Devant pareil climat de violence, il faut être intransigeant: vous entrerez en voie de condamnation avec trois mois ferme."

Le tribunal sera beaucoup plus clément.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.