Rubriques




Se connecter à

Un navire de 16 mètres sombre et pollue le port de Fontvieille à Monaco

Le bateau de 16 mètres de long a coulé dans la nuit de dimanche à lundi, polluant le port de Fontvieille. Les opérations de renflouement devraient se poursuivre encore mercredi.

Marie Cardona Publié le 02/11/2021 à 18:29, mis à jour le 02/11/2021 à 18:41
photos
Hier après-midi, les opérations de repérage se poursuivaient afin de sortir le plus rapidement possible le bateau de l’eau. Photo M.C.

Il a plongé "rapidement" à "7 mètres de profondeur" dans la nuit de dimanche à lundi, confirme Olivier Lavagna, directeur général de la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM), qui a pu visionner les images de vidéosurveillance de la zone.

Mais ce n’est qu’aux toutes premières heures du lever du jour que les agents de la SEPM ont pu constater l’incident. "Tous les matins, nous effectuons un tour de nos ports pour pointer la présence des bateaux", explique Olivier Lavagna. Objectif : relever tout fait suspect pour en avertir les propriétaires.

"Ce lundi matin, le bateau n’était pas à son poste et nos équipes ont constaté des traces d’irisation à la surface", signe de la présence d’hydrocarbures. L’odeur de carburant autour de la zone laissant peu de place au doute.

Entre 50 et 100 litres d’hydrocarbures

La SEPM a alors déclenché la procédure, mobilisant la division de la Police maritime et aéroportuaire, la direction des Affaires maritimes, les sapeurs-pompiers ainsi qu’une société prestataire spécialisée pour ce type de pollution.

 

Parallèlement, le propriétaire du navire a été contacté. "Il s’agit d’un vieux bateau en bois de 1952 de 60 tonnes qui avait été remis en état, destiné à des opérations caritatives ou commerciales pour des groupes et des événements privés."

Selon les indications de l’armateur sur le volume de gazole contenu dans le réservoir de son bateau, la Société d’exploitation des ports estime qu’entre 50 et 100 litres d’hydrocarbures ont pu se déverser dans les eaux du port. Une pollution importante contenue par le déploiement de barrages et de produits absorbants de pollution.

Mais poussée par les courants, l’irisation a malgré tout réussi à atteindre le fond du bassin. "Sans pour autant présenter de danger", précise la SEPM, qui assure que le carburant n’a pas pu atteindre le large.

Les opérations de résorption et de repérage se sont déroulées toute la journée d’hier et devraient se poursuivre encore aujourd’hui afin de renflouer le bateau.

Un exercice mercredi 

Au propriétaire, ensuite, de trouver un chantier naval ou une zone de carénage où faire remorquer son embarcation.

 

Pour l’heure, les causes de l’incident n’ont pas encore pu être déterminées mais des analyses vont être menées. "Ce type d’incident n’arrive pas souvent sur des navires de cette taille, assure Olivier Lavagna. En général, nous sommes plutôt confrontés à des déversements d’hydrocarbures suite à une mauvaise manipulation de la part de l’équipage d’un navire en cours d’avitaillement."

Concours de circonstances, ce scénario avait d’ailleurs fait l’objet d’un exercice anti-pollution mené dans le port Hercule mercredi 27 octobre. La simulation avait permis de tester la réactivité et la coordination de l’ensemble des entités concernées pour ce type d’intervention.

La Société d’exploitation des ports profite de l’incident pour rappeler aux propriétaires l’importance de surveiller et entretenir régulièrement leurs bateaux et systèmes d’amarrages "qui relèvent de leurs responsabilités auxquelles ne saurait se substituer la surveillance permanente assurée par les personnels des ports de Monaco".

Des barrages ont été déployés à l’entrée du port de Fontvieille afin que les hydrocarbures ne se dispersent pas au large. Photo M.C..
Des boudins absorbants de pollution ont également été installés le long des quais et autour de la zone où le bateau a sombré afin de capter le carburant. Photo M.C..
Photo M.C..
Photo M.C..

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.