Rubriques




Se connecter à

Un homme de terrain à la tête de la police municipale de Brignoles

Arrivé fin octobre, Serge Xaxa, 53 ans, est le nouveau chef de la police municipale. Après vingt-cinq ans de service dans de nombreuses communes, il se lance un nouveau défi

VINCENT BELLANGER (vbellanger@nicematin.fr) Publié le 31/01/2013 à 07:11, mis à jour le 31/01/2013 à 08:51
Un homme de terrain  à la tête de la police m - 19925986.jpg
Serge Xaxa (à gauche) dirige, depuis le mois d'octobre, la police municipale de Brignoles. Gilbert Rinaudo

Arrivé fin octobre, Serge Xaxa, 53 ans, est le nouveau chef de la police municipale. Après vingt-cinq ans de service dans de nombreuses communes, il se lance un nouveau défi

Pour un élu, la première réunion face aux commerçants est toujours un test. Souvent éprouvant. Comme un boxeur au milieu du ring qui encaisse les uppercuts, sans reprendre sa respiration. Pour un policier municipal ou un gendarme, il n'est pas non plus évident de venir parler de sécurité ou de propreté devant un tel parterre. Pour sa première entrevue, le nouveau chef de la police municipale de Brignoles, Serge Xaxa, a non seulement évité le traditionnel laïus sur l'insécurité mais a eu droit à des… compliments. Un fait assez rare pour être souligné. Arrivé fin octobre, cet homme de 53 ans, au franc-parler, a déjà imposé sa carrure de rugbyman. Et sa touche dans la commune. Rencontre.

Depuis votre arrivée, quel regard portez-vous sur Brignoles ?

 

Je découvre : j'ai patrouillé avec les agents sur le terrain et réalisé quelques opérations communes avec la gendarmerie. Et j'ai surtout passé plus de temps à réactualiser la convention de coordination et à travailler sur la restructuration de la police municipale.

Brignoles souffre d'une image d'insécurité. Trouvez-vous cela justifié ?

J'ai travaillé dans des communes beaucoup plus dangereuses. Après, comme partout, il peut se passer n'importe quoi…

Quelles difficultés pensez-vous rencontrer ?

 

Brignoles est une commune très étendue, il est donc difficile d'arriver à couvrir l'ensemble du territoire. On essaye de faire du mieux que l'on peut avec les moyens que nous avons.

Les moyens dont vous bénéficiez sont-ils suffisants ?

Ma priorité, c'est d'avoir un poste plus grand. Nous avons des locaux vraiment trop petits.

Votre équipe ?

J'ai rencontré de bons agents, motivés à faire leur travail. Il y a une bonne équipe et je compte sur eux pour mener leur mission à bien. Nous allons aussi enregistrer l'arrivée, prochainement, de quatre agents de sécurité de la voie publique (ASVP) et d'un policier municipal qui seront opérationnels dans quelque temps.

 

Vous dépendez du maire de la commune. La couleur politique est-elle importante ?

Non, sur mon tricot, il y a marqué police municipale, et non pas police politique. Je ferai toujours mon travail.

Quelles missions les élus vous ont-ils demandées ?

Ils souhaitent que l'on soit plus présents sur le terrain, notamment à certaines heures de la journée afin de rassurer les commerçants et les administrés. Nous voulons aussi essayer de faire respecter la réglementation en matière d'insalubrité concernant les horaires de dépôts des ordures en centre-ville.

Vos objectifs ?

Arriver à mettre en place ceux que l'on m'a fixés.

 

Votre méthode de travail ?

Je crois à la présence sur le terrain, c'est la meilleure école. J'y vais le plus souvent possible. À mon poste, j'ai aussi toute une partie administrative à gérer.

Depuis votre arrivée avez-vous constaté une répétition de certains faits ?

Depuis le mois d'octobre, et par rapport aux mains courantes, j'ai pu constater en effet, qu'il y avait beaucoup de problèmes familiaux.

On parle beaucoup en ce moment de l'évolution de votre métier. Qu'en pensez-vous ?

Je suis d'accord pour que le métier change et progresse mais il faut que le volet social évolue aussi derrière. J'adore mon métier. C'est une passion. Le problème que l'on rencontre, c'est qu'il y a des polices municipales et pas une seule. Tant que la police municipale ne travaillera pas partout de la même façon, il y aura toujours des différences.

Votre carrière en quelques mots ?

 

Je suis entré dans la police municipale en 1988. J'ai gravi tous les échelons. J'ai notamment eu l'opportunité de passer l'examen professionnel de chef de service en 2003. J'ai eu aussi l'occasion de travailler dans plusieurs communes qu'elles soient rurales, urbaines et balnéaires. Hormis la montagne, je pense avoir fait le tour de la police municipale.

 

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.