“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un homme blessé par balles aux Moulins à Nice, la police prise à partie

Mis à jour le 14/04/2021 à 22:28 Publié le 14/04/2021 à 22:23
La généraliste était venue soigner un patient, l’oncle du prévenu, dans le quartier des Moulins, classé en Zone de sécurité prioritaire.

La généraliste était venue soigner un patient, l’oncle du prévenu, dans le quartier des Moulins, classé en Zone de sécurité prioritaire. Photo Frantz Bouton

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un homme blessé par balles aux Moulins à Nice, la police prise à partie

Un homme qui sortait de garde à vue dans le cadre d'une affaire de violences avec arme, a été blessé par balle, ce mercredi soir vers 20 heures, dans le quartier des Moulins à Nice.

Un homme qui sortait de garde à vue dans le cadre d'une affaire de violences avec arme, a été blessé par balle, ce mercredi soir vers 20 heures, dans le quartier des Moulins à Nice. Il aurait été touché à la main.

Un équipage de police appelé sur les lieux pour des coups de feu, a aussitôt été pris à partie. "Un individu a donné des coups sur un véhicule de la CDI (la compagnie départementale d'intervention) en les insultant copieusement", confirme Karine Jouglas, du syndical Alliance 06.

Des patrouilles appelées en renfort

L'interpellation de l'individu agressif a déclenché un attroupement. Les policiers se sont retrouvés sous un feu nourri de projectiles en tout genre et ont dû utiliser du gaz lacrymogène pour se dégager de cette foule hostile.

D'autres patrouilles ont été appelées en renfort. "Une fois de plus, nous dénonçons le comportement de ces voyous et apportons tout notre soutien à nos collègues", souligne Karine Jouglas.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.