“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un griveleur esquive une peine de détention et retourne en prison à Monaco

Mis à jour le 16/06/2014 à 08:40 Publié le 16/06/2014 à 07:07
C’est au bar américain de l’Hôtel de Paris que Richard Loko a laissé une première ardoise conséquente.

C’est au bar américain de l’Hôtel de Paris que Richard Loko a laissé une première ardoise conséquente. Illustration Michael Alési

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un griveleur esquive une peine de détention et retourne en prison à Monaco

Le long week-end de la Pentecôte aura porté chance à Richard Loko. Ce Slovaque de trente-six ans, arrêté pour grivèlerie, a été libéré pour le non-respect de l'article 399.

Le long week-end de la Pentecôte aura porté chance à Richard Loko. Ce Slovaque de trente-six ans, arrêté pour grivèlerie, a été libéré pour le non-respect de l'article 399*.

L'affaire a débuté le 5 juin dernier. Ce représentant commercial de Bratislava se rend au bar américain de l'Hôtel de Paris. Il consomme six cocas, sept whiskies à 175 € l'un, une bouteille de vin Tokaji 1.993 à 910 €, cigares et d'autres boissons pour plusieurs milliers d'euros.

Mais quand on lui présente l'addition, il est dans l'incapacité de la régler.

La police arrive…

Incarcéré pour filouterie**, il fait aussi l'objet d'un mandat d'arrêt international, délivré le 9 avril 2014 par la cour centrale du district de Pest, pour escroquerie.

La Hongrie lui reproche cinq resquilles dans des hôtels pour 145.348 Ft***, soit un peu moins de 500 €.

Réincarcéré dès le lendemain

Toutefois, les documents mettront plus de temps que prévu pour parvenir en Principauté.

Dès lors, le tribunal correctionnel a considéré le délai de quatre jours entre l'arrestation et la présentation devant un juge trop long. Il a ordonné la remise en liberté du prévenu.

Mais à peine sorti de la maison d'arrêt, vers 16 heures, cet homme se rend au restaurant du Monte-Carlo Bay.

Là, il remet le couvert avec repas et boissons pour quelque 275 €.

Évidemment, il est toujours dans l'incapacité de payer. La police est alertée et le griveleur se retrouve à nouveau en garde à vue.

Il est réincarcéré le lendemain, le 11 juin. Entre-temps, les documents permettant sa mise sous écrou extraditionnelle parviendront au palais de justice.

Quoi qu'il en soit, l'erreur de procédure n'empêchera pas sa nouvelle comparution devant le tribunal correctionnel pour les infractions de filouterie.

Après Budapest, bien qu'il ne semble pas jouir de toutes ses facultés mentales, le griveleur a voulu profiter de la belle vie monégasque.

Le temps de la procédure, il sera nourri et logé du côté du Rocher… Mais en prison.
 


*Toute personne arrêtée en état de délit flagrant est conduite immédiatement et au plus tard dans les quarante-huit heures devant le procureur général et la traduit devant le tribunal correctionnel, sans pouvoir dépasser le délai de deux jours francs.
**Déjà condamné à Grasse pour une affaire similaire en 2011.

***Forint, unité monétaire hongroise, 1 € = 301 Ft.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.