“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un gite transformé en discothèque clandestine près de Toulouse: deux gardes à vue

Mis à jour le 11/04/2021 à 20:01 Publié le 11/04/2021 à 19:51
Illustration / Gendarmerie

Illustration / Gendarmerie Photo F.C.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Un gite transformé en discothèque clandestine près de Toulouse: deux gardes à vue

Deux personnes soupçonnées d'avoir transformé un gite près de Toulouse en discothèque clandestine ont été placées en garde à vue et une centaine de participants verbalisés, a indiqué dimanche le parquet.

Une enquête pour mise en danger de la vie d'autrui a été ouverte, a précisé à l'AFP le procureur Dominique Alzeari.

Les gendarmes sont intervenus dimanche vers 03h30 dans la localité de Burgaud, au nord-ouest de Toulouse, pour interrompre cette soirée qui battait son plein dans un gîte loué pour l'occasion, malgré le couvre-feu et autres restrictions imposés par l'épidémie du Covid-19.

Les participants, dont nombre d'entre eux ne portaient pas de masques à l'arrivée des gendarmes, venaient de l'Occitanie, notamment Toulouse et Montpellier mais aussi de la région parisienne comme Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), selon une source proche de l'enquête.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des jeunes sans masque dansant ou en train de boire un verre.

Dans la semaine, les deux organisateurs présumés avaient pris contact avec les propriétaires du gîte, une ancienne ferme restaurée pouvant accueillir jusqu'à 50 personnes, "en se faisant passer pour des producteurs ayant besoin d'un lieu pour un tournage", selon La Dépêche du Midi. Les propriétaires doivent être entendus par les enquêteurs.

Les organisateurs avaient fait payer 20 euros pour le parking et 30 euros l'entrée. Du matériel de sonorisation et des lumières d'ambiance avaient été installés.

L'invitation avait été lancée au dernier moment via l'application Snapchat.

Dérangés par le bruit, les riverains avaient alerté la gendarmerie.
Selon le dernier bulletin de l'ARS Occitanie vendredi, la situation épidémique "se dégrade très rapidement" en

Occitanie, avec 1.827 hospitalisations en cours, dont 411 en réanimation. En Haute-Garonne, 384 personnes sont hospitalisées, dont 98 en réanimation.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.