Rubriques




Se connecter à

Un exercice anti-attentat terroriste grandeur nature sur le quai Laubeuf ce jeudi matin à Cannes

Ce jeudi matin de 6h à 10h, le secteur de l’embarcadère vers les îles de Lérins a été bouclé par les forces de l’ordre et les secours, pour un exercice simulant une attaque terroriste sur un bateau.

Alexandre Carini Publié le 07/10/2021 à 13:34, mis à jour le 07/10/2021 à 15:29
Un exercice anti-attentat terroriste grandeur nature sur la quai laubeuf de Cannes DR

Comme annoncé par la préfecture, le quai Laubeuf de Cannes et ses alentours sont devenus un périmètre hautement sécurisé jeudi matin dès potron-minet. Rubalises interdisant l’accès à l’embarcadère (les liaisons vers les îles de Lérins ont été reportées sur le port Canto), circulation déviée sur le boulevard Jean Hibert, stationnement proscrit, plage vide en face du Radisson…

Certes, les riverains "n’ont pas entendu de détonations", selon la directrice départementale de la Sécurité Publique, Nadine Le Calonnec. Mais le scénario de l’exercice anti-attentat mis en place était digne d’un thriller: l’attaque d’une navette de liaison insulaire en mer, avec prise d’otages par les assaillants (voir encadré).

Sur alerte d’un employé du vieux port, les forces de l’ordre sont mobilisées en masse: policiers municipaux et nationaux, intervention des forces spéciales du RAID et du PSIG, déploiement des secours tous azimuts (une centaine de pompiers du SDIS 06 sous le commandement du colonel René Riez, dont certains équipés de casques et gilets pare-balles pour l’extraction des blessés, sécurité civile, SAMU...), autorités politiques et judiciaires (dont le nouveau procureur de la République à Grasse, Damien Savarzeix) soit près de 400 personnes actives sur le site.

 

Terroristes infiltrés parmi les otages

DR.

Une vingtaine de gendarmes ont été déployés,, mais dans la réalité, "il y aurait eu une montée en puissance, sans doute avec l’appui du GIGN, de moyens aériens et maritimes, notamment pour sécuriser la zone, et escorter l’évacuation des blessés ", précise Sébastien Thomas, commandement du groupement départemental.

Cannes, une cible potentielle

DR.

Un exercice grandeur nature, en temps réel, qui a permis "de tester nos moyens de coordination et d’information, durant lequel chaque force d’intervention a pu jouer son rôle", souligne le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez.

DR.

"La dimension événementielle internationale de Cannes en fait une cible potentielle," souligne le maire David Lisnard, qui rappelle que Cannes a initié un plan communal de préventions des risques depuis 2014, non seulement terroristes, mais aussi météorologiques.

DR.

Un précédent exercice antiterroriste avait concerné le Palais des Festivals et le Centre de formation des apprentis en 2016.

 

 

DR.

"En raison de la situation internationale, la vigilance reste extrême, et nous devons nous tenir prêts à intervenir le plus efficacement possible, en prenant toutes les menaces en compte", conclut le préfet Gonzalez.

DR.

Le scénario de l’attaque terroriste

Voici le scénario de l’attaque terroriste retenu pour l’exercice anti-attentat: Vers 7h, une prise d’otages se déroule à bord d’un bateau qui fait la traversée entre Cannes et les îles de Lérins. Cinq terroristes entrent simultanément en action, dont trois sur la navette et un autre dans un baraquement sur le quai Laubeuf. Suite à une plainte des riverains du parking portuaire pour tapage, des agents de police municipale arrivent les premiers sur les lieux. Un terroriste descend alors du bateau avec un otage, et se met à tirer sur les fonctionnaires, qui ripostent. Le terroriste est alors abattu, et l’otage s’enfuit. Un autre terroriste descend à la recherche de son complice sur le parking, où les forces de l’ordre ont pris position. Après fusillade, il est également abattu. À bord du bateau, le capitaine a été exécuté par un troisième homme porteur d’une ceinture explosive, et des coups de feu sont tirés depuis le pont.

Après d’âtres négociations, le terroriste refuse de se rendre, tire, et est abattu à bord.

Le RAID, avec la BRI en appui, est requis pour déloger le terroriste retranché dans un baraquement du port. Malgré les efforts du négociateur pour faire libérer les deux otages, décision est prise de donner l’assaut final.

"Malheureusement, il y a des blessés voire des morts parmi les forces de l’ordre, mais les otages sont libérés", précise Nadine Le Calonnec (DDSP).

» Nous avons réalisé cet exercice dans les conditions du réel, ajoute le préfet Bernard Gonzalez. Les seuls oubliés ont été les médias (N.D.L.R.: nous n’étions pas conviés au déroulement des opérations) qui doivent aussi être gérés dans une telle situation ».

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.