“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un écrin de choix pour les beautés de la Méditerranée

Mis à jour le 10/04/2014 à 08:36 Publié le 09/04/2014 à 07:10
Toutes les personnes parties prenantes de cette belle opération se sont retrouvées hier autour du souverain.

Toutes les personnes parties prenantes de cette belle opération se sont retrouvées hier autour du souverain. Eric Dulière

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Un écrin de choix pour les beautés de la Méditerranée

La salle du musée océanographique consacrée à la faune et à la flore de Mare Nostrum accusait le poids des ans. Trois mois de travaux auront permis de la transformer en profondeur

La salle du musée océanographique consacrée à la faune et à la flore de Mare Nostrum accusait le poids des ans. Trois mois de travaux auront permis de la transformer en profondeur

La collection est unique au monde, mais l'écrin accusait le poids des ans. Le musée océanographique, sous l'impulsion de son directeur Robert Calcagno, vient de rendre tout son éclat à l'extraordinaire collection méditerranéenne de l'institution.

Et le résultat est à la hauteur des espérances.

Le prince Albert II a d'ailleurs tenu, ce mardi en fin d'après-midi, à venir inaugurer lui-même cette salle entièrement remise à neuf. Visiblement séduit, le souverain y a passé un long moment.

Cette salle devrait permettre au public d'appréhender la faune et la flore méditerranéennes avec un œil nouveau.

Parce qu'il faut bien le reconnaître, si l'intérêt biologique de cette partie du musée est indiscutable, les visiteurs ont parfois tendance à se laisser plus attirer par les poissons tropicaux et leur explosion de couleurs que par les espèces méditerranéennes peut-être un peu plus « strictes » sur le plan des coloris.

« Il fallait vraiment raviver l'intérêt des visiteurs, leur donner envie de prendre du temps dans cette salle », expliquait hier Angélique Vallée-Sygut, le chef de projet qui a longuement œuvré pour la réussite de cette transformation aux côtés de Dominique Pailhes, qui s'occupe des aquariums depuis 34 ans.

Maquettes géantes et tablettes tactiles

La muséographie a donc été entièrement repensée par les responsables du projet.

Force est de reconnaître que le résultat est détonnant. Dès les premiers pas, c'est une plongée dans la Grande bleue qui est offerte grâce à un jeu de lumière envoûtant.

Dans un second temps, l'œil est attiré par de superbes maquettes grand format. Poulpes et autres murènes géantes ou mérous semblent sortir directement des bassins.

Le minuscule hippocampe, par exemple, voyait parfois les visiteurs lui passer devant sans même le voir. Non pas qu'il ne soit pas attirant, mais sa minuscule taille ne jouait évidemment pas en sa faveur.

Désormais, plus personne ne pourra ignorer sa présence. Il en va de même pour de nombreuses autres espèces dont la notoriété est souvent desservie par leur art du camouflage (sèches, rascasses, etc.).

Les aquariums sont aussi entourés de dessins rappelant tel ou tel animal, algue ou plante.

La technologie n'est pas oubliée dans ce nouvel univers puisque des écrans s'intègrent parfaitement aux décors et, grande nouveauté au musée, des tablettes tactiles sont mises à la disposition de ceux qui voudraient en savoir plus sur les différentes espèces. Les flashs codes sont même au rendez-vous des amoureux des smartphones.

Une vitrine sur l'acidification des océans, un problème très préoccupant, ou, beaucoup plus joyeux, un jeu où il est question de deviner le nom d'une espèce avec les mains, viennent compléter ce très beau tableau.

Enfin, le travail réalisé par la Principauté en matière de protection de l'environnement, notamment avec la réserve du Larvotto, est aussi mis en valeur dans un grand bassin entouré d'écrans racontant l'expérience monégasque en la matière.

Au final, ceux qui connaissent bien le musée auront l'impression que la Méditerranée a tout simplement retrouvé sa juste place, celle d'un fleuron, au sein de ce merveilleux sanctuaire qui la domine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.