Rubriques




Se connecter à

Un deuxième pompier de Monaco succombe à ses blessures après l'accident de Puget-Theniers

Le colonel Fassiaux, chef du Corps des sapeurs pompiers de Monaco, annonce ce mercredi 1er septembre à Monaco-Matin le décès dans la nuit d'un jeune pompier de Monaco fauché à moto mardi soir.

Thomas Michel Publié le 01/09/2021 à 08:39, mis à jour le 01/09/2021 à 08:48
Une automobiliste et un groupe de quatre motards, des pompiers de Monaco en balade, se sont percutés dans des circonstances que l’enquête de gendarmerie devra éclaircir. Photo C. F.

Le bilan est lourd et la peine immense dans les rangs des sapeurs pompiers de Monaco ce mercredi matin.

Quelques heures après le terrible accident de la circulation survenu sur la RD202, à hauteur de Puget-Theniers, le colonel Norbert Fassiaux, chef du Corps des sapeurs pompiers de Monaco, annonce ce mercredi à Monaco-Matin qu'un autre de ses hommes a succombé à ses blessures dans la nuit.

Il s'agit d'un jeune sapeur pompier de 22 ans, également pompier volontaire du SDIS06 auprès de la caserne de Carros.

Grièvement blessé mardi après avoir été fauché par une voiture alors qu'il effectuait une balade à moto avec trois de ses collègues et amis pompiers de Monaco, le jeune homme n'a pu être sauvé.

 

Deux autres pompiers hospitalisés

Mardi soir, un sergent des pompiers de Monaco âgé de 42 ans avait déjà perdu la vie.

Deux autres pompiers de Monaco restent hospitalisés avec des blessures moins préoccupantes et sont suivis psychologiquement.

Le ministre d'Etat Pierre Dartout et des officiels du gouvernement princier devraient se rendre en matinée à la caserne de Monaco pour apporter leur soutien aux pompiers.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.