“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Trois monégasques partent à l'assaut du Raid Amazones

Mis à jour le 24/08/2015 à 09:28 Publié le 24/08/2015 à 08:59
Les filles n'ont pas encore totalement bouclé leurs financements et cherchent toujours des sponsors, mais elles s'entraînent dur déjà, pour être au top sur la compétition.

Trois monégasques partent à l'assaut du Raid Amazones

Ces trois réceptionnistes du Monte Carlo Bay vont participer du 6 au 16 octobre, au Raid Amazones. Elles emportent avec elles les couleurs de l’association Pink Ribbon, qui lutte contre le cancer du sein

Ces trois réceptionnistes du Monte Carlo Bay vont participer du 6 au 16 octobre, au Raid Amazones. Elles emportent avec elles les couleurs de l’association Pink Ribbon, qui lutte contre le cancer du sein

Elles sont jeunes, elles sont jolies, elles sont sportives… Et elles partent à l'assaut du Raid des Amazones. Une compétition 100 % féminine qui se déroulera sur l'île de Bali du 6 au 16 octobre et lors de laquelle se succéderont différentes épreuves sportives de haut vol.

Nous les avons rencontrées lors de leur préparation. Et pour les suivre, on a dû s'accrocher !

"On fait ça avant tout pour le plaisir du sport, de l'aventure", lâche Marion, tout sourire, en débarquant de son canoë d'entraînement. Mais derrière ce discours fair-play se cachent de vraies compétitrices qui ont l'ambition d'atteindre les sommets.

"On a de l'énergie à revendre et ce qu'on veut… C'est gagner!", complète Loubna.

Trouver des sponsors

Ces trois jeunes femmes, réceptionnistes du Monte Carlo Bay, âgées de 25 à 31 ans, s'envoleront pour Bali d'ici peu afin d'affronter des équipes de femmes du monde entier dans des épreuves mêlant adresse, effort physique et intelligence. 

"Canoë, course à pied, VTT, tir à l'arc, triathlon…", énumère Alexandra, la cadette du groupe.

Face à la rude concurrence qui les attend, elles ne sourcillent pas et jouent la carte de l'optimisme: "On sait pourquoi on y va, on va se surpasser", assure Marion.

Chacune a son domaine de prédilection : la course à pied pour Alexandra, l'endurance pour Loubna et le tir à l'arc pour Marion.

Elles font néanmoins preuve de solidarité lorsqu'il s'agit d'évoquer la compétition qui les attend: "On se connaît bien, on s'entraide et on est très complémentaires", répètent-elles avec ardeur. "Pour se démarquer, on va se montrer le plus soudées possible", ajoute Loubna.

Avant d'en arriver à la phase d'entraînement, elles ont dû livrer une première bataille, pour trouver des sponsors: "L'inscription coûte 15.000€, et il ne nous manque plus beaucoup pour atteindre ce seuil. On espère trouver d'autres partenaires", glissent les jeunes femmes.

Malgré l'aide du Monte Carlo Bay, leur principal soutien, et d'une dizaine de sponsors, elles n'ont donc pas complètement bouclé leur budget.

Pour toutes les femmes

"On cherche encore des financements. C'est la dernière ligne droite!", plaisante Marion.

Les trois jeunes femmes emporteront avec elles jusqu'à Bali la voix de l'organisation Pink Ribbon, association qui lutte contre le cancer du sein.

"C'est une grande cause qui nous tient à cœur, et qui concerne toutes les femmes, car toutes peuvent être touchées", explique Alexandra.

Si on espère les voir revenir victorieuses des petites îles de la Sonde, elles ne s'autoproclament pas championnes à l'avance. Et savent que de nombreux obstacles leur barreront la route du succès.

"L'union fait la force et on ne lâchera rien!", crient-elles en cœur.

Pour les soutenir : www.lepotcommun.fr/pot/gd9r5mny et sur facebook : Bay Be Bali SBM.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct