“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Tasha de Vasconcelos, l'atout cœur du Malawi

Mis à jour le 16/12/2013 à 07:44 Publié le 16/12/2013 à 07:06
Tasha de Vasconcelos portant dans les bras un enfant né dans des conditions saines, dans un hôpital construit sous l’impulsion de sa fondation, AMOR, au Malawi.

Tasha de Vasconcelos portant dans les bras un enfant né dans des conditions saines, dans un hôpital construit sous l’impulsion de sa fondation, AMOR, au Malawi. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Tasha de Vasconcelos, l'atout cœur du Malawi

La top-modèle est aujourd’hui consul du Malawi à Monaco. Pays d’Afrique pour lequel elle a financé la construction de trois hôpitaux équipés avec du matériel médical récupéré en Principauté

La top-modèle est aujourd’hui consul du Malawi à Monaco. Pays d’Afrique pour lequel elle a financé la construction de trois hôpitaux équipés avec du matériel médical récupéré en Principauté

Sa plastique a fait d'elle une reine de beauté à l'international. Tasha de Vasconcelos est aujourd'hui « Madame l'ambassadeur ». La top modèle, accréditée consul honoraire du Malawi à Monaco en juillet dernier, a délaissé le podium pour le terrain. Celui de l'Afrique en général. Et du Malawi en particulier, « l'un des pays les plus pauvres d'Afrique. Et l'un des plus oublié », déplore celle qui est née au Mozambique d'un père portugais et d'une mère anglaise.

En 2006, elle crée la fondation AMOR (Aide Mondiale Orphelins Réconfort) pour intervenir en Afrique. Des dons privés lui ont permis de construire des centres de soins au Malawi, notamment pour accueillir les femmes enceintes et les enfants. « Dans ce pays, être enceinte n'est pas une joie, mais une sentence de mort. Les femmes sont installées à même le sol, quinze minutes après leur accouchement. Beaucoup perdent la vie. Mon métier et ma carrière m'ont donné une assise pour avoir l'opportunité de servir aujourd'hui. Et de rendre ce que j'ai reçu ».

« En Afrique, c'est comme s'il y avait un typhon tous les jours »

Il y a quelques semaines à peine, au Malawi, Tasha de Vasconcelos a inauguré le troisième hôpital construit sur place grâce à sa fondation. Dans ses valises, elle a emmené 22 tonnes de matériel médical récupérées au centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco. Un bénéfice pour quelque 3 000 bébés nés dans des conditions saines dans ces centres. Sur place, la fondation soutient également des formations pour éduquer des jeunes aux métiers d'infirmières et de sages-femmes. Sur place, elle a reçu le soutien de Joyce Benda, la présidente de la République du Malawi.

Et Tasha ne lâche rien. Chevillée dans ses convictions à agir pour l'Afrique, la terre qui l'a vu naître. « En Afrique, c'est comme s'il y avait un typhon tous les jours qui ravage tout sur son passage. Ma mission est de faire quelque chose, car il est possible de se donner les moyens d'agir ». Elle qui a vécu les révolutions de l'Afrique dans sa jeunesse avant de s'établir à Monaco depuis dix-sept ans, n'oublie pas ces épisodes. « J'ai vécu deux guerres civiles, je sais ce que c'est d'être déraciné de sa terre », plaide-t-elle.

Une sensibilité qui explique sa position sur les enfants adoptés. « Je n'aime pas ce qu'on fait des stars, comme Madonna qui a adopté des enfants du Malawi. On ne vient pas dans un pays comme dans un supermarché pour prendre des enfants. Il faut respecter l'Afrique et ses coutumes. Mon avis est qu'il faut laisser les enfants sur place et les aider à vivre sur leurs terres, proches de leur famille. Les enfants sont le cœur, la richesse d'un pays. Les enlever, c'est piller cette richesse ».

Tasha de Vasconcelos portant dans les bras un enfant né dans des conditions saines, dans un hôpital construit sous l'impulsion de sa fondation, AMOR, au Malawi.(DR)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.