“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tajan: le luxe sous le marteau

Mis à jour le 29/12/2011 à 03:42 Publié le 03/08/2011 à 00:00
une pièce rare : un collier marocain de mariage, daté du XVIIIe siècle en or émaillé serti de rubis et d’émeraudes.

une pièce rare : un collier marocain de mariage, daté du XVIIIe siècle en or émaillé serti de rubis et d’émeraudes. (Photo Eric Dulière)

Tajan: le luxe sous le marteau

Hier et aujourd'hui dans les salons du Café de Paris, bijoux, montres et œuvres d'art sont mis à prix face à une clientèle internationale

Le rendez-vous estival est coutumier entre la maison Tajan et la Principauté. Jusqu'à ce soir, le salon Bellevue du Café de Paris est transformé en caverne aux trésors : diamants, toiles de maîtres, mobilier design, montres d'exception…

La vente aux enchères, lancée hier par la maison parisienne réunit les amoureux de belles pièces à porter ou à admirer. « Nous avons une grande clientèle très fidélisée. Depuis les années, nous connaissons bien la clientèle monégasque estivale, qui est très internationale. Nous avons aussi cette année beaucoup d'Indiens à la recherche de diamants, d'émeraudes, de perles fines », glisse Chantal Beauvois, l'experte bijoux de la maison Tajan.

Diamant roi

La collection bijoux justement, forte de 800 pièces, impressionne. Oscillant dans toutes les époques : pièces rares, bijoux d'artistes, créations des années 70… pour un public tout aussi éclectique. « Ceci dit, le diamant reste le roi de la fête et la valeur sûre de nos ventes », assure Gabrielle Moral, directrice du département chez Tajan, tenant dans ses mains une rivière de diamants de 10,4 carats, couleur D, provenant d'une mine indienne aujourd'hui épuisée, « la perfection incarnée » jure-t-elle.

À côté, étincelle la bague d'une mystérieuse comtesse russe devenue danseuse célèbre en France. « Avec ces bijoux à pedigree qui ont appartenu à des personnalités, on vend également une part de rêve, de glamour ».

Au top des recherches également les perles fines et naturelles… Les enchères se sont notamment envolées pour une broche de quatre perles estimée à 6 000 e et arrachée à 48 000 e. Ou une bague avec un diamant de 14,39 carats partie à 105 000 e.

Dans cette boîte à bijoux extraordinaire, certaines belles ont peut-être trouvé leur parure pour le bal de la Croix-rouge, vendredi soir.

Montres de la Comex

Messieurs, vous n'êtes pas intéressés ? Dans les vitrines, s'étalent aussi 200 montres masculines qui fileront sous le marteau ce soir.

Parmi les pièces maîtresses, quatre Rolex des plongeurs de la Comex. Dont une Hydra V au cadran noir estimée entre 25 000 et 35 000 e. « Ce sont des montres qui n'étaient pas destinées à être vendues au public. Elles sont historiques. Les plus recherchées sont celles vintage des années 70. Et puis le métier de plongeur à la Comex fait rêver », explique Géraldine Richard, qui expertise cette section.

La pépite : une Gyrotourbillon de Jaeger Le Coultre en platine créée à 75 exemplaires quasiment neuve. Estimation : 185 000 e. À l'intérieur du cadran, un tourbillon sphérique visible grâce à un fond transparent. « Les particuliers se lassent très vite. Nous avons des clients qui achètent de nouveaux modèles et vendent leurs autres montres au cours de ces ventes ». Histoire de changer de look ?

Et craquer pourquoi pas pour la petite série de montres Patek Philippe en or jaune tissé apparemment très prisée. « À Paris, l'or jaune c'est invendable. Mais dans le Sud, avec les peaux bronzées, elles sont plus intéressantes ».

Enfin, histoire de parer son home sweet home, les ventes de Tajan ont fait hier soir une incursion dans l'art contemporain et moderne.

Toiles, sculptures, pièces de design… Parmi la collection des 94 pièces, des œuvres signées de César, de Botero, de Niki de Saint-Phalle. Car selon le spécialiste art, Paul-Arnaud Parsy, « pour Monaco, nous préparons une vente à l'atmosphère ludique et estivale, souvent avec des artistes figures de l'École de Nice. La clientèle monégasque a un goût classique mais l'exigence des connaisseurs. Certaines personnes nous confient leurs œuvres pour que nous les vendions précisément à Monaco ».


Savoir +
Les ventes aujourd'hui : bijoux à 14 h 30 et 19 h 30 ; montres à 17 heures. Accès libre au salon Bellevue du Café de Paris. Renseignements : 97.70.96.00


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct